POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Radars mobiles

Près de 64.000 infractions décelées en un an



Les radars mobiles déployés au Grand-Duché ont permis d’effectuer 863 contrôles fructueux. (Photo: Shutterstock)

Les radars mobiles déployés au Grand-Duché ont permis d’effectuer 863 contrôles fructueux. (Photo: Shutterstock)

Le ministre de la Mobilité François Bausch précise l’activité des radars mobiles sur l’année écoulée.

Répondant à une question du député André Bauler (DP), le ministre Déi Gréng indique que les sept radars mobiles du pays ont effectué 863 contrôles ayant permis de relever 63.897 infractions entre juillet 2018 et juillet 2019. La plus grave étant celle commise par un motocycliste flashé à 212 km/h entre Niklosbierg et Groesteen en mai dernier.

«Les contrôles s’effectuent en fonction de l’analyse des lieux accidentogènes, de l’accidentologie routière récente, des doléances provenant de la population et des demandes motivées émanant d’administrations locales ou étatiques», détaille M. Bausch . «Par ailleurs, il est procédé, à intervalles réguliers, à des contrôles de la vitesse, surtout sur le réseau autoroutier, ainsi que sur les grands axes (RN et CR), ce qui permet de couvrir l’ensemble du réseau routier.»

L’effet préventif des radars mobiles s’explique surtout par leur capacité à pouvoir être déployés spontanément à n’importe quel moment et à n’importe quel endroit.
François Bausch

François Bausch,  ministre de la Mobilité et des Transports

M. Bausch défend le caractère préventif, et pas seulement répressif, des radars mobiles – qui ne sont pas annoncés par des panneaux de présignalisation comme leurs homologues mobiles. «L’effet préventif des radars mobiles s’explique surtout par leur capacité à pouvoir être déployés spontanément à n’importe quel moment et à n’importe quel endroit», justifie le ministre.

«Cette maniabilité permet surtout d’intervenir rapidement dans un lieu où soit la vitesse est mise en cause, soit il y a eu un accident grave, voire une série d’accidents. De surcroît, les radars mobiles peuvent être placés dans une zone de danger temporaire (...). Finalement, l’augmentation de la probabilité d’être sanctionné à tout endroit en raison d’un excès de vitesse génère l’effet dissuasif de ce type de radar.»