POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Rappel ou première dose

Pourquoi les entreprises ne vaccinent pas contre le Covid



Les entreprises peuvent mettre en place la vaccination Covid-19. Mais la logistique semble être à leurs frais. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne/archives)

Les entreprises peuvent mettre en place la vaccination Covid-19. Mais la logistique semble être à leurs frais. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne/archives)

Les entreprises luxembourgeoises peuvent proposer la vaccination Covid à leurs salariés, selon le ministère de la Santé. Pourtant, coût et logistique semblent les freiner.

Depuis que l’étau se resserre autour des non-vaccinés  et que tous les plus de 18 ans ont droit à leur dose de rappel , les files augmentent devant les centres de vaccination . Ce qui n’a pas échappé au CEO de Luxair, Gilles Feith , qui réitère son appel à la vaccination en entreprise sur son compte Twitter. Il l’avait déjà réclamée en janvier 2021 , puis de nouveau en mars . Depuis, toujours pas de doses contre le Covid-19 sur le parking du Findel.

Qu’est-ce qui empêche les entreprises de lancer leur propre campagne de vaccination Covid? Rien, selon le ministère de la Santé. «Une entreprise a évidemment le droit de vacciner dans ses propres locaux en collaboration avec leur médecin ou le médecin du travail. Cela aurait lieu de la même manière que chez les médecins généralistes. Dans ce cas, nous mettons à disposition le vaccin au médecin en question.»

Faire venir les équipes mobiles

Une information que confirme l’Union des entreprises luxembourgeoises (UEL). «Les entreprises privées ont toujours pu, mais la question est comment s’organiser», explique Jean-Paul Olinger, son directeur. «Il faut qu’un médecin vienne avec la même organisation que dans un centre: la possibilité d’asseoir le patient après sa dose, d’émettre un certificat…»

Le plus simple, selon lui, serait donc de faire venir les équipes de vaccination mobile du ministère de la Santé. Or, pour cela, «il faut suffisamment de demandes». Questionné sur cette possibilité précise et sur son coût, le ministère explique seulement que, si une entreprise ne dispose pas de service interne de médecine du travail, elle peut demander à une société de médecine du travail ou à un médecin libéral de venir vacciner ses salariés. Les termes de la collaboration seront «négociés entre l’entreprise et la société de médecine du travail». Au niveau de la procédure, le médecin, libéral ou de la société, doit «signer le cahier des charges, et l’État fournit les vaccins».

En tout cas, l’arrivée de la dose de rappel «remet le sujet sur la table», admet Jean-Paul Olinger, qui se prépare à sensibiliser ses membres. Il conseille à une entreprise qui souhaiterait lancer son centre de vaccination Covid en interne de se tourner vers l’UEL ou la fédération professionnelle qui la concerne, en plus du ministère de la Santé. Pour l’instant, l’organisation patronale n’a pas reçu de demandes à ce sujet. Son directeur imagine aussi des centres par zone d’activité.

Si c’est plus facile pour eux, cela fait avancer la cause.
Gilles Feith

Gilles Feith,  CEO,  Luxair

La question du financement

Le frein principal viendrait du coût, selon Gilles Feith. Il le calcule à hauteur de 60 euros par personne, rien que pour la vaccination contre la grippe. Concernant le Covid-19, «ce n’est pas aux entreprises de payer la santé publique», estime-t-il. «Nous avons des salariés qui le demandent. Si c’est plus facile pour eux, cela fait avancer la cause.» L’entreprise attend donc que le ministère de la Santé lui envoie des équipes mobiles de vaccination. «Nous ne pouvons pas le faire nous-mêmes, nous sommes le secteur le plus touché par la crise.» Il ajoute: «La vaccination en entreprise est selon nous beaucoup plus organisée et organisable que dans un centre commercial.»

En attendant, le gouvernement annonce travailler à la réouverture temporaire d’un quatrième centre de vaccination dans le hangar de la Luxembourg Air Rescue, au Findel, dédié aux doses de rappel et sur rendez-vous. La date d’ouverture, les modalités de prise de rendez-vous et les horaires d’ouverture doivent être communiqués après réception d’une nouvelle commande de vaccins sur le territoire national, prévue pour le milieu de la semaine prochaine.