PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

RÉsultats annuels de Quintet Private Bank

Perte réduite de moitié en 2020 pour Quintet



Pour Nicholas Harvey, le plan de croissance lancé en 2019 commence à porter ses fruits. (Photo: Quintet Private Bank/Blitz Agency)

Pour Nicholas Harvey, le plan de croissance lancé en 2019 commence à porter ses fruits. (Photo: Quintet Private Bank/Blitz Agency)

Deuxième année de perte consécutive pour la banque privée en 2020. La progression de 16% du revenu bancaire n’aura pas compensé la hausse de 13% des charges du groupe portées par la poursuite des investissements décidés en 2019.

2020 restera comme un exercice de forte croissance opérationnelle pour le groupe européen de banque privée basé au Luxembourg. Le produit net bancaire a bondi de 16%, passant de 443,1 millions d’euros en 2019 à 513 millions.

En parallèle, les dépenses opérationnelles ont bondi de 13%, à 534 millions. Une progression due aux investissements faits au nom du plan de croissance sur cinq ans lancé en 2019. En incluant 1,3 million de dépréciations d’actifs et une perte de 1,2 million due au recul des résultats d’entreprises associées, on arrive à une perte nette de 20,3 millions d’euros. Perte divisée par deux par rapport à celle de l’exercice 2019, qui atteignait 43,7 millions d’euros.

Des pertes de croissance

Dans un contexte de forts investissements lancés en 2019 pour une période de cinq ans, cette perte est-elle anecdotique? Nicholas Harvey , group chief financial officer de Quintet, répond: «Cette perte est le reflet des investissements faits. Et tout cela est soutenu par une très forte participation au capital de notre actionnaire de référence, qui est à 150% derrière notre plan.» Depuis l’acquisition de Quintet en 2012, Precision Capital a injecté plus de 300 millions d’euros de capitaux supplémentaires, dont 50 millions d’euros l’année dernière.

Pour rappel, ce plan vise à stimuler la croissance de la banque via la conquête de nouveaux marchés – «des marchés internationaux comme l’Asie, l’Amérique latine ou le Moyen-Orient, défrichés depuis notre pôle suisse» –, une approche ciblée vis-à-vis de segments spécifiques de la clientèle – «les entrepreneurs, les femmes, ou encore la transmission générationnelle» – et le développement de nouveaux produits.

Pour y arriver, la banque a recruté 50 nouveaux banquiers privés et conseillers de clientèle, et compte porter ce chiffre à 160 d’ici 2024.

Les investissements se sont faits tous azimuts. Dans la digitalisation, bien sûr, mais aussi pour financer l’expansion géographique. 2020 a été marquée par la finalisation de l’acquisition et l’intégration de Bank am Bellevue, en Suisse, qui est par la suite devenue Quintet Suisse, et par l’ouverture d’une succursale au Danemark. La banque a également investi pour renforcer son efficacité opérationnelle. « Le lancement de notre nouvelle marque Quintet et la fusion de nos entités européennes au sein de Quintet Europe s’inscrivent dans ce cadre. Nous pensons que nous pouvons mieux servir nos clients européens avec une seule banque au lieu des quatre distinctes que nous opérions dans le passé.»

La croissance des actifs sous gestion se poursuit dans un contexte de marché dynamique qui préfigure la réouverture de toute une série de pans de l’économie.
Nicholas Harvey

Nicholas Harvey,  group chief financial officer,  Quintet

Ces investissements portent déjà leurs fruits. «La solide croissance des revenus sous-jacents a été favorisée par l’acquisition de nouveaux clients, qui a conduit à une augmentation du total des actifs de la clientèle», analyse Nicholas Harvey.

Ces actifs sont passés, sur un an, de 81,5 milliards à 85 milliards, grâce à la hausse des actifs sous gestion en banque privée à 57,7 milliards (+9,5%). Les actifs en dépôt restent stables, à 17,3 milliards, tandis que les actifs des clients tiers reculent de 10%, à 10 milliards. Le bilan consolidé progresse de son côté de 9%, à 13,3 milliards.

Les revenus de la banque ont également profité de la volatilité sur les marchés pour cause de pandémie, qui a conduit les clients à ajuster leurs positions, ce qui a eu un impact positif sur le niveau des commissions.

Cette dynamique de croissance semble se poursuivre en 2021, selon Nicholas Harvey. «La croissance des actifs sous gestion se poursuit dans un contexte de marché dynamique qui préfigure la réouverture de toute une série de pans de l’économie.»

Tout comme va se poursuivre la dynamique d’investissement. «Nous sommes rentrés dans l’année 2021 avec des ratios de solvabilité très robustes et qui s’inscrivent dans la logique du développement de la banque.» Parallèlement, à la suite du placement de 125 millions d’euros de titres additionnels de catégorie 1 (AT1) en octobre 2020, le ratio de fonds propres Bâle III Tier 1 de Quintet est passé à 23,6% à la fin de 2020, contre 18% fin 2019. Et le ratio de couverture de liquidité (LCR) de Quintet s’élevait à 139% à la fin 2020.