LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Carrière

Mon premier job (8/10)

Pablo Chimienti: «Je n’avais souvent qu’un nom de code écrit sur un panneau»



Pablo Chimienti, chargé de communication et des relations publiques chez Theater Federatioun, se souvient de son premier job étudiant dans une banque italienne au Luxembourg. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Pablo Chimienti, chargé de communication et des relations publiques chez Theater Federatioun, se souvient de son premier job étudiant dans une banque italienne au Luxembourg. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Quels ont été leur premier job d’étudiant, leur premier métier et leur premier salaire? Qu’en ont-ils fait, et quelle expérience en ont-ils retirée? Delano et Paperjam ont posé la question à une dizaine de personnalités au Luxembourg. Cette semaine: Pablo Chimienti, chargé de communication et des relations publiques chez Theater Federatioun.

Quel a été votre premier job étudiant?

Pablo Chimienti. – «J’ai fait mon premier job étudiant en 1998, année où Pantani a gagné le Tour de France et où la France est devenue championne du monde de football. J’avais juste 20 ans. C’était dans une banque italienne de Luxembourg. Je travaillais à l’accueil, en remplacement des hôtesses parties en vacances, mais aussi en tant qu’homme à tout faire. J’apportais les cafés lors des réunions avec les grands clients, je faisais le coursier pour apporter ou aller chercher des documents importants ici et là dans Luxembourg ou encore le chauffeur pour le directeur qui rentrait tous les week-ends à Milan ou pour les clients anonymes – je n’avais souvent qu’un nom de code écrit sur le petit panneau que j’amenais avec moi devant la porte des arrivées au Findel – qui venaient faire un saut de quelques heures à Luxembourg. Du coup, j’ai passé beaucoup de temps dans la voiture – une vieille Fiat Panda ultra discrète et passe-partout –, c’est pourquoi j’ai retenu la victoire de Pantani, ‘il pirata’. Ce n’était clairement pas le boulot de mes rêves, mais j’ai néanmoins passé un bon été. 

Quelle a été la rémunération de ce job étudiant et qu’avez-vous fait de ce premier salaire?

«J’ai invité ma copine, devenue depuis mon épouse, à m’accompagner en Argentine. 40.000 francs luxembourgeois extrêmement bien dépensés pour un voyage inoubliable.

Quel a été votre premier «vrai» job?

«J’ai commencé ma carrière en tant que journaliste. Métier que j’ai exercé pendant vingt ans, principalement pour Le Quotidien au Luxembourg. Métier où l’on débute la plupart du temps en tant que free-lance. Ça a été mon cas. J’ai fini mon dernier stage pour l’obtention de mon diplôme supérieur de journalisme un 30 septembre, le lendemain, 1er octobre, je faisais ma première pige pour Eurosport International à Paris. J’y ai ensuite passé 4 ans, d’abord en tant que pigiste, puis en CDD, puis en CDI. C’était bien payé, plus de 150 euros la journée en semaine et plus de 170 euros la journée en week-end. À cela s’ajoutaient une prime de précarité, des primes de nuit quand cela était nécessaire, le remboursement de 50% de l’abonnement des transports, un restaurant d’entreprise très correct ou encore un comité d’entreprise très intéressant.

Quelle a été la rémunération de ce job et qu’avez-vous fait avec votre premier salaire?

«Je pense que j’ai payé mon loyer, quelques restaurants en couple et quelques sorties avec les collègues.

Aujourd’hui, que diriez-vous à ce jeune Pablo Chimienti vous tendant un CV pour un premier emploi?

«Work hard, party harder! Donne-toi à fond dans le travail, mais ne vis pas pour ton boulot! Et perfectionne tes langues!»