POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

covid-19

La Chambre adopte les nouvelles restrictions



Les députés se réunissent à 11h pour voter des mesures qui s’appliqueront jusqu’au 10 janvier. (Photo: Matic Zorman Maison Moderne)

Les députés se réunissent à 11h pour voter des mesures qui s’appliqueront jusqu’au 10 janvier. (Photo: Matic Zorman Maison Moderne)

Ce jeudi, les députés ont adopté en séance publique les deux projets de loi encadrant les nouvelles restrictions qui entreront donc en vigueur dès le 26 décembre. Le premier renforce les mesures de lutte contre le Covid-19. Le second introduit le congé familial pour cause de «home schooling» entre le 4 et 10 janvier.

Fermeture des commerces non essentiels, des infrastructures sportives, des lieux de culture, interdiction de consommer de l’alcool dans les lieux publics… Ce sont quelques-unes des mesures qui renforceront, du 26 décembre au 10 janvier, celles déjà mises en place afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19. Le projet de loi 7728 a en effet été débattu, voté puis adopté en séance publique de la Chambre ce jeudi.

Le texte a a recueilli à une large majorité, à 52 voix pour (celles de la coalition DP-LSAP-Déi Gréng, plus le CSV), et 8 voix contre (celles de l’ADR, du Piratepartei et de Déi Lénk). À noter néanmoins qu’un vote séparé sur la question du couvre-feu, l’article 1er du projet de loi le faisant débuter à 21h (contre 23h actuellement), a été organisé, à l’initiative du CSV, qui s’y est opposé, en vain, lors d’un vote majorité contre opposition (31 voix pour, 29 voix contre).

De même,  le projet 7739  a lui aussi été adopté par les députés. Il prévoit la possibilité d’un droit au congé pour raisons familiales pour les parents dont les enfants bénéficient d’un enseignement à distance ou qui ne peuvent pas fréquenter l’école (ou une structure d’éducation et d’accueil) pour des raisons liées à la pandémie de Covid-19 au cours de la semaine du 4 au 10 janvier.

Les mesures en application dès le 26 décembre

Voici donc les nouvelles restrictions qui entreront en vigueur au lendemain de Noël, et qui renforceront celles déjà en vigueur , comme la fermeture des cafés, bars et restaurants. Contrairement à ce dernier point touchant l’horeca, valable jusqu’au 15 janvier, les nouvelles dispositions seront en application jusqu’au 10 janvier:

- Le couvre-feu est porté de 23h à 21h, et durera jusqu’à 6h du matin. Il n’y aura pas de dérogation pour le réveillon de la Saint-Sylvestre, le 31 décembre;

- les commerces ne pourront vendre que les produits essentiels. Ceci induit la fermeture des salons de coiffure, des centres d’esthétique, des solariums ou encore des studios de tatouage. Le gouvernement a défini la liste des produits essentiels . Dès lors, les supermarchés (ainsi que les magasins d’alimentation pour animaux), les pompes à essence, les pharmacies pourront rester ouverts. La livraison à domicile, la vente au volant et le retrait de commandes en plein air restent autorisés;

- Interdiction de la consommation dalcool sur tous les lieux accessibles au public;

- Ouverture limitée aux établissements culturels dans le cadre de la recherche, comme les Archives nationales, les bibliothèques nationales et régionales;

- Fermeture des établissements et infrastructures sportifs, y compris ceux en plein air. La Coque reste accessible aux sportifs d’élite et aux équipes nationales senior. Les infrastructures sportives restent accessibles pour y pratiquer des activités physiques sur prescription médicale;

- Limite à 2 personnes pour toutes activités récréatives et sportives, sauf si les personnes font partie d’un même ménage ou cohabitent. En d’autres mots, une famille de 4 personnes peut aller se promener dans la forêt. Par contre, un groupe de 4 amis n’a pas le droit;

- Suspension des activités périscolaires et parascolaires (y compris sportives) du 28 décembre au 10 janvier 2021. Ceci accompagne la fermeture des écoles (l'enseignement se fera à distance) et des structures de garde d'enfants et des crèches.

Par ailleurs, ce projet de loi rehausse les sanctions en cas de non-respect des règles édictées: une amende de 500 et 1.000€ (au lieu de 100 à 500€) ainsi que des avertissements taxés de 300€ (au lieu de 145€ actuels) pourront dorénavant être prononcés.