ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Comment ne pas se perdre dans les dédales du digital?

«Se donner les moyens d’imaginer son futur»


Retour au dossier

900x600_mike_sergonne.jpg

En 20 ans, le digital a révolutionné notre vie quotidienne. Tour à tour, l’avènement d’internet, puis du mobile et des réseaux sociaux, a impacté successivement nos méthodes de consommation, mais aussi de réflexion. De cette révolution permanente, les entreprises peuvent tirer profit. À condition de bien vouloir se remettre en question.

Le premier impact du digital, avec l’arrivée d’internet, a été d’éliminer les barrières, et de nous offrir un accès à toute l’information en temps réel et à du contenu jusque-là inaccessible. Puis, dans la continuité, l’internet mobile a transformé encore plus rapidement nos nouvelles habitudes. L’arrivée du smartphone et des tablettes a introduit le concept du «anywhere, anytime». Désormais, la consommation n’est plus dirigée par une expérience unilatérale, mais au contraire, par une expérience omnicanale. C’est le deuxième impact.

Enfin, dans cette révolution digitale en marche, les réseaux sociaux ont envahi nos devices pour nous donner encore plus de liberté de parole et d’interaction. Ce troisième impact est celui de la grande consommation de contenu, du partage et du bouche-à-oreille qui, s’il peut permettre à une entreprise une incroyable montée en puissance de sa notoriété, peut également lui faire perdre le contrôle de sa réputation.  

Ces trois «impacts» déterminent l’écosystème digital tel qu’il est aujourd’hui. Et aucune transformation digitale ne peut être complètement réussie si ces trois axes ne sont pas pris en considération.

Anticiper les transitions 

Bien sûr, la révolution digitale ne s’arrête pas là. D’autres impacts sont à venir et ils se rapprochent de plus en plus vite. Nous pensions que les grandes innovations naissaient tous les 15 ou 20 ans, cela n’est plus le cas aujourd’hui. La voiture autonome connectée et la réalité virtuelle sont sans aucun doute les prochaines sur une liste déjà bien longue des technologies «bientôt chez vous» (l’imprimante 3D en est une). Dans tous les cas, il est important pour toute entreprise d’anticiper ces prochaines révolutions et de les inscrire dans une stratégie à plus long terme. Le passé nous a déjà bien montré l’utilité de ce type de réflexion, notamment grâce aux pure players.

Les pure players changent la donne. Pensons comme eux.

Mike SergonneMike Sergonne, Managing partner (Nvision)

En très peu de temps, dans de nombreux secteurs, de nouveaux venus ont bousculé les hiérarchies établies, amenant avec eux de grands changements appréciés par leurs utilisateurs. Nombre de sociétés ont alors perdu leur place de leader quand d’autres ont tout simplement disparu. Des sociétés inconnues sont passées de l’ombre à la lumière en un temps record, ne laissant que peu de marge à leur concurrent pour réagir.

La tendance du «disruptif»

Être disruptif, c’est pouvoir changer drastiquement la donne. Pouvoir réinventer un métier ou un produit en déclenchant de nouvelles opportunités de business. Les appareils photo numériques, Apple, l’iPhone, Uber, Airbnb, Netflix, la blockchain... Toutes ces sociétés ou nouvelles technologies sont des exemples de cette tendance. Elles ont changé les codes. Mieux encore, elles les ont chamboulés, en créant une véritable rupture, chacune dans leur domaine respectif. Au centre, l’utilisateur, lui, est conquis. La demande explose, les entreprises traditionnelles restent à la traîne, et la porte s’ouvre largement aux nouveaux pure players, qui délogent les leaders historiques de leur première place. 

Le digital offre la possibilité de se réinventer tous les jours.

Mike SergonneMike Sergonne, Managing partner (Nvision)

Se donner les moyens

À la question «peut-on anticiper ces ruptures et les contrer?», la réponse est OUI. Mais encore faut-il s’en donner les moyens et surtout imaginer son propre futur. Car le digital offre la possibilité de se réinventer tous les jours. Comment? En ayant une approche simple et agile, basée sur la prise d’initiatives, les tests et la prise de risque contrôlée. 

Les signes ne trompent pas, les entreprises qui innovent constamment se retrouvent régulièrement en tête des classements des marques préférées. Le classement 2015 d’Interbrand le démontre: six marques «digitales» figurent dans le top 10, Apple et Google en tête.

Classement 2015 d'Interbrand