POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Pour les frontaliers belges

Abonnements moins chers et parkings gratuits



francois_bellot_francois_bausch-26.jpg

François Bellot et François Bausch se sont accordés pour mettre en place une série de mesures destinées à favoriser l'utilisation du train pour les frontaliers belges. (Photo: Anthony Dehez)

La rencontre, jeudi, entre les ministres belge et luxembourgeois des Transports a abouti à des accords afin d’«inciter plus de Belges à utiliser le train que la voiture» pour aller travailler au Grand-Duché. Une baisse des tarifs et des solutions de stationnement sont au programme.

La grogne suscitée par l’annonce de la coupure totale de la circulation ferroviaire entre Arlon et Luxembourg, au cours de l’été, n’aura pas mis longtemps à faire réagir le monde politique. Jeudi, François Bausch (Déi Greng), ministre du Développement durable et des Infrastructures, et son homologue belge au niveau fédéral, François Bellot, se sont rencontrés pour évoquer «de nombreux dossiers au cours d’une réunion d’une heure». Parmi eux, la question de la fermeture de la ligne en raison de travaux de réélectrification.

Alors que les CFL indiquaient mercredi auprès de Paperjam que toute solution autre que la fermeture complète de la ligne était «impossible», les cheminots luxembourgeois vont devoir revoir leur copie, car les ministres affichent une autre position sur la question.

François Bellot:

Mais la grande avancée du jour tenait surtout dans l’annonce d’un ensemble de mesures destinées à «inciter plus de Belges à utiliser le train que la voiture quand ils vont travailler au Luxembourg». Pour tenter d’atteindre ces objectifs, François Bellot et François Bausch sont donc tombés d’accord pour «lever les freins» qui existent actuellement, à savoir jouer sur le niveau de tarification. Aussi bien en ce qui concerne le prix des abonnements que celui des parkings installés côté belge.

François Bellot sur le parking gratuit et l’adaptation des tarifs:

Qualifiés de «plutôt définitifs» par François Bausch, ces chiffres ne sont toutefois qu’une partie du projet concerté entre les deux pays. Car la nouvelle tarification présentée comme «attractive» et la gratuité des parkings situés le long de la ligne ferroviaire pour les frontaliers se superposent à la volonté de réaliser le P+R de Viville. Un parking d’une capacité évaluée à 1.000 places, selon les conclusions de l’étude de la SNCB.

Mais alors que jusqu’à présent la réalisation de cette nouvelle infrastructure destinée à favoriser l’usage du train était prioritaire, la mise à disposition de places de parking gratuites tout au long du tracé donne un peu plus de marge aux responsables belges.

François Bellot sur les prochaines étapes du projet de P+R:

Pour mémoire, la mise en œuvre d’un nouvel abonnement transfrontalier entre le Luxembourg et la Belgique avait été appelée de leurs vœux par Xavier Bettel et Charles Michel en juillet 2016 au cours de la rencontre Gäichel IX. Le calendrier alors avancé par les deux Premiers ministres faisait état d’une mise en service «en décembre 2017», lors des traditionnels changements des horaires ferroviaires.