POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Vote historique au congrès

Un mandat et deux impeachments pour Trump



À une semaine de la prestation de serment de Joe Biden, la tension monte dans les rues de Washington, où les supporters et opposants de Donald Trump manifestent, tandis que les commerces se barricadent dans la crainte de violences. (Photo: Shutterstock)

À une semaine de la prestation de serment de Joe Biden, la tension monte dans les rues de Washington, où les supporters et opposants de Donald Trump manifestent, tandis que les commerces se barricadent dans la crainte de violences. (Photo: Shutterstock)

Le Congrès s’est prononcé mercredi en faveur d’une procédure de destitution par 232 voix, contre 197. Donald Trump devient ainsi le premier président américain à faire l’objet de deux impeachments sur son mandat.

C’est une procédure historique qui a été votée la nuit de mercredi à jeudi: la Chambre des représentants a voté en faveur d’une procédure d’impeachment vis-à-vis du président sortant Donald Trump pour incitation à l’insurrection après les débordements survenus la semaine dernière dans le Capitole .

Cette procédure est la deuxième de ce type à être votée contre le républicain à la casquette rouge, après celle votée en septembre 2019 . À l’époque, l’hôte de la Maison-Blanche avait été épinglé pour avoir demandé à l’Ukraine d’enquêter sur Joe Biden, qui faisait (déjà) figure à l’époque de rival pour la prochaine élection présidentielle.

Mais une différence majeure ressort de ce vote en 2021 : 10 élus républicains ont voté contre le président de leur parti politique.

La procédure survient à une semaine de la cérémonie d’investiture de Joe Biden. Tandis que Washington se barricade dans la crainte de voir de nouveaux débordements survenir dans une Amérique plus que jamais divisée, Donald Trump a annoncé sur Twitter la semaine dernière qu’il n’assisterait pas à l’événement.

Le milliardaire deviendra ainsi non seulement le seul président américain à faire l’objet de deux procédures de destitution sur le même mandat, mais aussi à ne pas assister à la prestation de serment de son successeur depuis Andrew Johnson en 1869.