PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Wealth management

Grande Interview

«Le Luxembourg a beaucoup d’arguments à faire valoir»


Retour au dossier

240905.jpg

Serge Krancenblum, président de la Lafo (Luxembourg Association of Family Office). (Photo: Maison Moderne)

La place financière luxembourgeoise a de beaux atouts à faire valoir auprès des familles fortunées, dont le patrimoine revêt une dimension internationale, pour les aider à mieux structurer et administrer l’ensemble de leurs actifs.

Place financière d’envergure, le Luxembourg est mondialement connu en tant que domicile de choix pour les fonds d’investissement destinés à être distribués à l’international. Les prestataires de services financiers servent aussi d’autres activités, plus orientées vers les particuliers et les familles fortunées, dans le domaine de la structuration du patrimoine.

«Que le Luxembourg développe des activités dédiées aux familles, principalement dans le domaine bancaire, n’est pas nouveau», commente Serge Krancenblum, président de la Lafo (Luxembourg Association of Family Office). «Cependant, avec la levée du secret bancaire, l’offre de services destinée à cette clientèle composée de particuliers fortunés s’est considérablement transformée.

À l’époque, on s’est rendu compte que, au-delà des enjeux fiscaux, le Luxembourg comptait des professionnels de grande qualité et proposait un cadre réglementaire particulièrement intéressant pour servir les besoins de structuration de familles dont le patrimoine revêtait une dimension internationale.»

Le Luxembourg, qui est avant tout un hub financier et d’investissement international, peut faire valoir un écosystème composé de professionnels de qualité, et capable de soutenir les différents besoins de structuration.
Serge Krancenblum

Serge Krancenblum,  président,  Lafo (Luxembourg Association of Family Office)

Mieux structurer à l’international

Dans un monde globalisé, les grandes fortunes sont de moins en moins attachées à un territoire. Elles opèrent le plus souvent sur un territoire transfrontalier, avec des actifs répartis sur plusieurs pays. Les membres de leur famille, eux-mêmes, ne vivent pas forcément au sein d’une même juridiction. La structuration d’un tel patrimoine, avec des enjeux de préservation et de transmission, implique une réelle expertise transfrontalière.

«Or, le Luxembourg, qui est avant tout un hub financier et d’investissement international, peut faire valoir un écosystème composé de professionnels de qualité, et capable de soutenir les différents besoins de structuration aujourd’hui rencontrés par ces familles», poursuit Serge Krancenblum. «Dès que la dimension internationale entre en considération, en matière de structuration du patrimoine familial, le Luxembourg a beaucoup d’arguments à faire valoir.»

Une boîte à outils à compléter

Parmi ces atouts, au-delà de l’expertise transfrontalière, il y a un cadre juridique attrayant et réputé extrêmement stable. Le pays est aussi parvenu à proposer une large palette d’outils de structuration particulièrement appréciés à des fins de structuration. «Cela recouvre beaucoup de choses, comme les sociétés de participation (Soparfi), des Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF), des FIS, mais aussi des structures d’investissement dédiées comme les FIS et les FIAR», commente Serge Krancenblum.

Il y a encore du travail, mais, à terme, je suis persuadé qu’ils pourront compléter la boîte à outils.
Serge Krancenblum

Serge Krancenblum,  président,  Lafo (Luxembourg Association of Family Office)

La place financière dispose de presque tous les outils auxquels peuvent recourir les familles pour structurer leur patrimoine. Aujourd’hui, il lui manque cependant encore deux véhicules souvent recherchés: le Trust et la Fondation. «Ce sont des outils qui existent par ailleurs dans beaucoup de pays et que nous aimerions voir mis en place au Luxembourg», commente Serge Krancenblum. «Il y a encore du travail, mais, à terme, je suis persuadé qu’ils pourront compléter la boîte à outils.

Le Trust, d’une part, est une structure connue très appréciée d’une clientèle anglo-saxonne. La Fondation, d’autre part, est aussi souvent demandée. À travers elle, la famille peut décider de la manière dont sera affecté son patrimoine pour les générations futures, au profit des membres de la famille ou encore d’une cause bien déterminée.»

Le Luxembourg, une juridiction de qualité

Dans le domaine des services financiers dédiés aux familles, le Luxembourg devrait parvenir à renforcer encore davantage sa position dans les années à venir. Quand beaucoup d’autres juridictions feront valoir un environnement fiscal attrayant – quand fiscalité il y a –, le Luxembourg se battra déjà sur d’autres arguments.

La plupart des grandes fortunes ont d’ailleurs recours à un véhicule luxembourgeois pour leurs besoins de structuration.
Serge Krancenblum

Serge Krancenblum,  président,  Lafo (Luxembourg Association of Family Office)

«Alors que les États vont vers davantage d’harmonisation et de transparence, la clientèle de particuliers fortunés cherche désormais davantage de qualité. Au Luxembourg, elle s’exprime dans l’expertise développée, mais dans une bonne réglementation et un réel support», explique celui qui est aussi le cofondateur d’IQ-EQ, groupe international actif dans 23 pays. «La plupart des grandes fortunes ont d’ailleurs recours à un véhicule luxembourgeois pour leurs besoins de structuration. Au-delà de la mise en œuvre des outils juridiques manquants, un des enjeux est donc de mieux faire valoir tout ce savoir à l’international.»