POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

À la Chambre

La loi Covid adoptée avec un CovidCheck étendu



Le régime CovidCheck deviendra, dès le 1er novembre, obligatoire dans les bars et les restaurants et optionnel dans les entreprises et les administrations. (Photo: Chambre des députés/Flickr)

Le régime CovidCheck deviendra, dès le 1er novembre, obligatoire dans les bars et les restaurants et optionnel dans les entreprises et les administrations. (Photo: Chambre des députés/Flickr)

Adoptée ce lundi midi à la Chambre, la nouvelle loi Covid maintient le dispositif sanitaire plus ou moins tel quel. C’est au niveau du régime CovidCheck que des modifications ont lieu: plus strict dans l’horeca, il est aussi étendu aux entreprises. Avec l’objectif d’inciter les gens à se faire vacciner.

Les mesures anti-Covid seront bien prolongées au-delà du 18 octobre. Surtout, le régime CovidCheck sera étendu aux entreprises et plus strict dans les bars et les restaurants, la nouvelle loi Covid ayant été adoptée en séance plénière à la Chambre, lundi midi, avec les voix de la majorité.

Concernant le dispositif sanitaire, le statu quo est de rigueur. De fait, les hospitalisations sont à un niveau stable (19 personnes hospitalisées, dont 3 en soins intensifs le 14 octobre), mais le nombre moyen sur sept jours de nouvelles infections est élevé et même en augmentation depuis deux semaines, avec une centaine de nouveaux cas par jour. Il n’y a donc pas de raison de rendre les mesures plus contraignantes, mais pas non plus de relâcher les efforts.

Le seul changement notable concerne la limite du nombre de personnes pouvant se rassembler, portée de 300 à 2.000 personnes. Ainsi, les rassemblements entre 11 et 2.000 personnes peuvent avoir lieu sous le régime CovidCheck sans restrictions – port du masque, distanciation sociale ou place assise – et ceux de plus de 2.000 personnes sont possibles dans le cadre d’un protocole sanitaire sans qu’il y ait de limite au niveau du nombre de participants.

CovidCheck plus strict

C’est sur le terrain de la vaccination que les modifications les plus importantes ont eu lieu. Le Premier ministre, Xavier Bettel (DP), avait prévenu lors de la présentation du projet de loi: l’objectif est d’atteindre au moins 80% de taux de vaccination – un chiffre qui stagne pour l’instant à un peu plus de 74% – pour avoir une chance de retrouver une vie normale, sans contraintes sanitaires.

D’où un régime CovidCheck étendu et plus strict qui, couplé à la fin de la gratuité pour les tests, a pour objet d’inciter les gens à se faire vacciner. Déjà obligatoire dans le secteur hospitalier et optionnel dans les bars et restaurants, le régime CovidCheck devient désormais obligatoire en intérieur pour ces derniers. En terrasse, le régime restera optionnel, avec donc deux possibilités: le régime CovidCheck ou le principe des gestes barrières (port du masque, distanciation…).

Le texte prévoit aussi que les entreprises et les administrations pourront appliquer le régime, soit pour l’entièreté de leur établissement, soit uniquement pour une partie et des lieux précis.

Mise en œuvre complexe

La mise en œuvre concrète de cette extension du régime aux entreprises a suscité le débat , que ce soit au niveau des syndicats , du patronat ou au sein même de l’hémicycle de la Chambre. «Nous sommes d’accord sur le principe de l’application du régime CovidCheck en entreprise, mais pas sur sa mise en application concrète, qui nous pose problème», expliquait ainsi le député d’opposition Claude Wiseler (CSV).

Si la nouvelle loi Covid s’applique dès le mardi 19 octobre, les mesures concernant le régime CovidCheck seront mises en place de manière différée le 1er novembre 2021, afin de permettre aux personnes concernées de prendre les dispositions nécessaires pour s’adapter aux nouvelles règles. La loi restera en vigueur jusqu’au 18 décembre.