POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Covid-19

80% de vaccination, la priorité du gouvernement



En plus du Hall Victor Hugo, deux autres centres de vaccination seront à nouveau ouverts du 16 octobre au 16 décembre: à Ettelbruck et à Esch-Belval. (Photo: EU/Anthony Dehez/Archives)

En plus du Hall Victor Hugo, deux autres centres de vaccination seront à nouveau ouverts du 16 octobre au 16 décembre: à Ettelbruck et à Esch-Belval. (Photo: EU/Anthony Dehez/Archives)

De 3e dose, il n’en a pas été question lors du dernier point presse du gouvernement. La priorité reste la hausse de la vaccination, qui stagne à 74%, loin de l’objectif minimal de 80%. D’où un CovidCheck étendu et plus strict et une vaccination encore facilitée, notamment dans les communes où le taux apparaît au plus bas.

Malgré l’avis de l’Agence européenne des médicaments (EMA) autorisant une troisième dose pour les plus de 18 ans , aucune décision n’a été prise pour l’étendre au-delà des plus de 75 ans lors du dernier conseil de gouvernement.

Certes, le Conseil supérieur des maladies infectieuses (CSMI) n’a pas encore rendu son avis, qui fait office de référence pour le gouvernement, mais la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP), a semblé temporiser. «Actuellement, il n’y a aucune pression, ils doivent prendre le temps nécessaire et nous attendons leur décision avec autant de curiosité que vous», a-t-elle indiqué.

La priorité affichée par le gouvernement, lors de la conférence de presse sur la nouvelle loi Covid , est donc pour le moment claire: augmenter le taux de vaccination. Avec un quart de la population qui n’est pas vaccinée et 17% des plus de 60 ans, «les prochaines semaines sont à risque», a prévenu le Premier ministre, Xavier Bettel (DP) – d’autant plus avec l’automne et une vie sociale davantage en intérieur.

Or, ces derniers temps, la vaccination a stagné dans le pays. Paulette Lenert parle même d’un optimisme refroidi depuis le dernier point presse, un mois plus tôt . «Nous disions que nous étions proches du but, mais l’écart n’a pas été beaucoup réduit depuis», constate-t-elle. La comparaison avec le Danemark, désormais à 95% de couverture vaccinale, n’est pas flatteuse…

Deux approches complémentaires

Pour atteindre les 80% à 85% de taux de vaccination indispensables au retour à une vie normale, le gouvernement adopte deux approches complémentaires. D’une part, rendre la vie des non-vaccinés plus difficiles avec un régime CovidCheck étendu – à l’horeca et en entreprise – et plus strict, avec la fin du recours aux autotests rapides .

Et, d’autre part, faciliter encore davantage l’accès à la vaccination. Le Hall Victor Hugo reste donc ouvert, avec la possibilité de s’y rendre sans rendez-vous – mais aussi avec rendez-vous pour ceux qui ne veulent pas attendre sur place.

En outre, d’ici la mise en place du nouveau régime CovidCheck – qui entrera en vigueur dans trois semaines, le 1er novembre –, deux autres centres de vaccination, à Ettelbruck et à Esch-Belval, seront à nouveau ouverts du 16 octobre au 16 décembre.

Des communes cibles

Surtout, en plus des possibilités déjà ouvertes de se faire vacciner chez son médecin, dans les centres commerciaux et avec le Impfbus mobile, des campagnes de vaccination ciblées seront organisées dans les communes où les taux de vaccination sont les plus faibles. «C’est presque un service à domicile», commente le Premier ministre.

Des actions très localisées qui sont la conséquence d’un constat: les personnes les plus âgées – et les plus vulnérables – non encore vaccinées «sont souvent des personnes qui vivent seules chez elles», explique Paulette Lenert. D’où la nécessité de cette campagne de terrain.

Le Premier ministre dit espérer que le taux de vaccination va ainsi augmenter et que les mesures sanitaires pourront être allégées d’ici le 18 décembre, date d’échéance de la nouvelle loi Covid. Mais, pour cela, il faudra atteindre une couverture vaccinale d’au moins 80%. Elle est de 74% pour le moment.