POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

étude de Cisco

Le flop du jour de télétravail par semaine



Si les Luxembourgeois voient plus de télétravail pour la suite, ils sont peu (9%) à adhérer à l’option «un ou deux jours par semaine».  (Photo: Shutterstock)

Si les Luxembourgeois voient plus de télétravail pour la suite, ils sont peu (9%) à adhérer à l’option «un ou deux jours par semaine».  (Photo: Shutterstock)

La crise a révolutionné le rapport des salariés au travail, et 90% des Luxembourgeois ne veulent plus passer autant de temps au bureau. Une étude de Cisco analyse leurs volontés pour la suite: plus de flexibilité en télétravail.

Les employés luxembourgeois ont pris goût au télétravail, et la dernière étude de Cisco (entreprise américaine à l’origine du logiciel de visioconférence Webex) en apporte une preuve supplémentaire. À la question «Comment souhaitez-vous travailler en 2021?», seulement 9% des 303 sondés ont répondu vouloir revenir à leur situation d’avant-crise.

La proposition la plus populaire a été «Travailler de chez moi la plupart du temps, et ne revenir au bureau qu’une fois par semaine pour les réunions importantes», avec 32%. 29% des participants préféreraient adapter leur lieu de travail chaque semaine. Et 15% ne veulent plus du tout quitter leur domicile. La fameuse technique d’«un jour ou deux par semaine», prônée par beaucoup d’entreprises, ne fait pas l’unanimité: seulement 9% y sont favorables.

Bureau ou maison, il faut choisir

45% des interrogés préfèrent être basés à un seul endroit, plutôt que d’alterner entre home office et bureau. 36% s’accordent à dire qu’ils auraient des difficultés à se souvenir quand se rendre à l’entreprise et quand rester chez eux.

Leur envie de télétravail reste nuancée et ils notent d’autres limites à la pratique, comme une mauvaise connexion internet (37%), la difficulté à se créer un espace de travail chez soi (41%), ou le manque de collaboration avec les collègues (45%).

Les Luxembourgeois, plus heureux mais plus anxieux

Le Luxembourg est-il plus enclin que les autres au télétravail, alors que l’enquête ne porte pas que sur le Luxembourg? 10.095 personnes ont été interrogées dans 12 pays différents au total (Royaume-Uni, France, Allemagne, Espagne, Italie, Pologne, Russie, Émirats arabes unis, Suisse, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg). Peut-être, selon Romain Siebenaler, country manager de Cisco Luxembourg. «45% au Luxembourg se sentaient plus heureux en home office, alors que la moyenne mondiale est à 35%», explique-t-il. Ils ont également eu le sentiment d’être en meilleure santé (32%) et mieux soutenus (28%). En revanche, ils sont plus anxieux: 28%, alors que la moyenne internationale se situe à 22%. «Je crois qu’il y a une plus grande incertitude sur la suite, peut-être une crainte de perdre leur job», justifie-t-il.

Autres leçons tirées de l’enquête: 43% des employés du Luxembourg trouvent que leurs employeurs ont amélioré leur confiance en leurs effectifs en télétravail pendant le confinement, et 47% disent qu’ils leur ont donné plus de pouvoir. 68% ont amélioré leur bien-être de manière générale.

«Le monde après-Covid ne sera plus le même», estime Romain Siebenaler. «Le télétravail s’est mis en place en un jour, et ça fonctionne. Cela envoie un signal fort. Je crois qu’un modèle hybride s’installera. J’espère juste qu’on trouvera un accord avec les pays voisins au niveau de la taxation des frontaliers .»