POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Marc angel

«Je ne vais pas disparaître à Bruxelles»



290464.jpg

Marc Angel doit encore patienter quelques jours avant de prendre ses nouvelles fonctions européennes. (Photo: Maison Moderne / Archives)

Nicolas Schmit (LSAP) devenant commissaire européen au 1er décembre, c’est Marc Angel (LSAP) qui prendra sa place dans les instances européennes. Sans jamais évidemment perdre de vue le Luxembourg.

La Commission européenne, dont fera partie Nicolas Schmit , a été officiellement confirmée mercredi par le Parlement. C’est vous qui allez le remplacer en tant que député. Quand ce changement se fera-t-il?

Marc Angel . – «Je vais démissionner de la Chambre des députés et serai alors dans l’attente de la validation de mes pouvoirs au sein du Parlement européen. De même, Francine Closener , qui prendra ma place à Luxembourg, devra aussi attendre que ses pouvoirs soient validés au niveau national. Ce sont des démarches administratives nécessaires, qui vont prendre quelques jours. Tout devrait être réglé dès les prochaines réunions des instances.

Allez-vous aussi quitter le conseil communal de la Ville de Luxembourg?

«Oui, je vais également rendre ma démission dans les prochains jours.

J’ai siégé depuis 2004 à la Chambre, et à la commune depuis 26 ans. Alors oui, il y aura un pincement au cœur.
Marc Angel

Marc Angel,  Futur député européen

Avec un pincement au cœur?

«La Chambre des députés, j’y suis depuis 2004. Mes collègues, l’équipe du LSAP, le personnel… Ils vont tous me manquer. De même à la commune, où je siège depuis 26 ans. Je vais dépendre les tableaux des murs, ranger mes affaires. Alors oui, il y aura certainement un petit pincement au cœur.

C’est aussi pour vous un grand changement?

«Plus qu’un changement, c’est surtout une nouvelle perspective. Beaucoup de gens me disent: ‘Tu vas nous quitter’. Non, je ne vais pas disparaître à Bruxelles. Je suis un député européen, mais Luxembourgeois, élu par des Luxembourgeois. Je vais évidemment défendre les intérêts de l’Europe, qui sont aussi ceux du Luxembourg. Ce ne sont pas deux choses différentes, mais deux aspects d’une même réalité. De plus, le lundi, les députés européens peuvent participer à la commission parlementaire des affaires étrangères et européennes, et je compte bien y être régulièrement.

Vous êtes heureux pour Nicolas Schmit?

«Évidemment, je suis vraiment très content pour lui.

Allez-vous reprendre ses attributions de député?

«Je vais en tout cas rester dans la commission emploi. Ce serait idiot de faire autrement alors que le nouveau commissaire est Luxembourgeois! Pour le reste, ce sera à voir avec le groupe politique.

Cette nouvelle Commission, vous y croyez?

«Ursula von der Leyen avait eu un accueil assez mitigé des socialistes européens. Ce n’était pas très convaincant. Mais après avoir reçu nos questions, elle l’a été beaucoup plus, elle a revu beaucoup de ses positions. Donc, je crois en cette Commission, même si les députés devront être vigilants. Comme l’a dit notre chef de groupe, le prochain Green New Deal devra aussi être rouge!»