POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Innovation

L’intensité en R&D en légère hausse en Europe



Eurostat souligne qu’avec 311 milliards d’euros investis, les États membres de l’Union européenne ont dépensé, en 2020, un milliard de moins qu’en 2019 en recherche & développement. (Photo: Shutterstock)

Eurostat souligne qu’avec 311 milliards d’euros investis, les États membres de l’Union européenne ont dépensé, en 2020, un milliard de moins qu’en 2019 en recherche & développement. (Photo: Shutterstock)

L’intensité en recherche & développement affiche une très légère hausse au sein de l’Union européenne. Le Luxembourg reste toujours dans la deuxième moitié du tableau, malgré des efforts.

Les dépenses en recherche et développement sont en baisse au sein de l’Union européenne. Eurostat souligne qu’avec 311 milliards d’euros dépensés en la matière, les États membres de l’Union européenne ont dépensé, en 2020, un milliard de moins qu’en 2019.

Pour autant, l’intensité en recherche & développement, c’est-à-dire les dépenses en R&D en pourcentage du PIB, est en très légère hausse, pour atteindre 2,3% du PIB européen en 2020, contre 2,2% en 2019.

Dans le détail des chiffres, Eurostat souligne que le secteur des entreprises commerciales continue d’être le principal secteur dans lequel les dépenses de R&D ont été réalisées, représentant 66% du total des dépenses de R&D déboursées en 2020, suivi par le secteur de l’enseignement supérieur (22%), le secteur public (12%) et le secteur privé à but non lucratif (1%).

Au niveau des pays, en 2020, l’intensité de R&D la plus élevée a été enregistrée en Belgique et en Suède (3,5% du PIB), suivies de l’Autriche (3,2%) et de l’Allemagne (3,1%). À l’autre bout de l’échelle, six États membres ont enregistré une intensité de R&D inférieure à 1% du PIB: la Roumanie (0,5%), Malte et la Lettonie (0,7% chacun), Chypre, la Bulgarie et la Slovaquie (0,9% chacun).

Le Luxembourg en fin de classement

Avec 1,1% du PIB, selon les données d’Eurostat, le Luxembourg se classe juste devant la Bulgarie et ne figure donc pas parmi les meilleurs élèves européens. Pourtant, le pays ne ménage pas ses efforts en la matière. En 2018, les entreprises ont dépensé 375 millions d’euros (soit 44% des dépenses d’innovation) pour la R&D interne à l’entreprise, 430 millions d’euros pour diverses activités d’innovation (51% des dépenses d’innovation), et 45 millions pour la R&D externe à l’entreprise.

En début d’année, le ministère de l’Économie avait présenté des chiffres sur l’innovation au Luxembourg . La R&D représentait 1,19% du PIB en 2019 (soit 757 millions d’euros), avec un objectif 2020, manqué, devant se situer entre 2,3% et 2,6%.

Pilier économique important, le secteur financier n’affichait pas, d’un point de vue comptable, une grande appétence pour la R&D, avec «seulement» 11 millions de dépenses en R&D. «Il y a des effets statistiques dont il faut tenir compte», avait tempéré Serge Allegrezza , directeur du Statec, au moment de la présentation des chiffres sur l’innovation au Luxembourg. Le ministre de l’Économie, Franz Fayot  (LSAP), avait également souligné que «l’innovation est partout», avant d’énumérer un grand nombre de projets et d’outils, comme l’agence Luxinnovation, pour aider les entreprises, même les plus petites, à innover.

Le Luxembourg se situe juste devant la Bulgarie. (Photo: Eurostat)

Le Luxembourg se situe juste devant la Bulgarie. (Photo: Eurostat)