POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

iNNOVATION

Dans le tourbillon de la folle année de Luxinnovation



Le Covid et les situations particulières qui en ont découlé ont permis à Sasha Baillie et Luxinnovation d’asseoir encore un peu plus leur rôle dans la transformation digitale des entreprises du Luxembourg. (Photo: Meco)

Le Covid et les situations particulières qui en ont découlé ont permis à Sasha Baillie et Luxinnovation d’asseoir encore un peu plus leur rôle dans la transformation digitale des entreprises du Luxembourg. (Photo: Meco)

L’agence de promotion de l’innovation a rendu un bilan annuel forcément particulier, jeudi matin, au ministère de l’Économie. Le Covid-19 a obligé l’équipe de Sasha Baillie… à se réinventer et à livrer des combats de tous les instants.

Vendredi 6 mars 2020. À la Luxembourg House of Financial Technology, le ministre de l’Économie depuis un mois, Franz Fayot (LSAP), à peine rentré d’un déplacement officiel en Italie, honore de sa présence la remise des prix du deuxième programme Catapult. L’ambiance est festive, même si la tension est montée en Italie, où le Covid sévit déjà. C’est peut-être la dernière fois que l’ambiance est festive au Luxembourg, sous l’impulsion du CEO de la Lhoft, Nasir Zubairi , qui a fait de ces Fintech Fridays des moments incontournables.

Une semaine plus tard, la fête était finie. Et un an plus tard, dresser le bilan de l’agence de promotion de l’innovation  Luxinnovation permet de mesurer la réponse des autorités à la crise.

Ce jeudi, M. Fayot a loué le travail de «son» agence, un partenaire-clé «non seulement pour le ministère de l’Économie, mais également pour les entreprises. Nous sommes au cœur d’une véritable transition de notre économie, dans laquelle l’innovation joue un rôle moteur. En tant qu’agence nationale pour la promotion de l’innovation depuis plus de 35 ans, le soutien de Luxinnovation est ainsi particulièrement précieux pour soutenir la double transition de notre économie vers une économie digitale et durable. À travers son soutien aux projets d’envergure du L-DIH et de Gaia-X, l’agence contribue activement à l’implémentation de la stratégie d’innovation basée sur les données, et continuera à être un partenaire-clé dans le futur.»

«Cette année 2020 a été, à plus d’un titre, exceptionnelle, et tous les employés de Luxinnovation ont fait un travail excellent, sans ménager leurs efforts, afin de soutenir nos entreprises et l’économie luxembourgeoise de la meilleure manière possible. Nous savons qu’il y a encore beaucoup de défis à surmonter, mais aussi des opportunités, particulièrement dans l’économie basée sur les données. Je suis convaincue que le Luxembourg a des atouts qui permettront aux entreprises de se lancer dans cette nouvelle économie avec succès, et nous serons à leur côté pour les accompagner et les aider à réaliser tout leur potentiel», assure la CEO de Luxinnovation, Sasha Baillie .

Les chiffres de cette agence, dotée de 10 millions d’euros pour son fonctionnement, donnent le tournis.

- Le lancement du programme stratégique de relance Fit4Resilience : 16 entreprises ont clôturé le programme en 2020, pour un chiffre d’affaires cumulé de 930 millions d’euros, et cela concerne près de 4.000 employés.

- Le développement et la mise en place de la plateforme EPI-Covid19.lu: mise en adéquation de l’offre et de la demande en matière d’équipements de protection individuels (plus de 21.000 visiteurs, 1.800 comptes d’utilisateurs créés et 140 offres postées lors des trois premiers mois de fonctionnement).

- Le concours StartupsVsCovid19 : plus de 300 start-up ont postulé, 15 d’entre elles ayant finalement été sélectionnées pour recevoir une aide publique de 150.000 euros chacune.

- En 2020, 414 entreprises ont été soutenues et accompagnées au sein des clusters de Luxinnovation, et les équipes pluridisciplinaires de l’agence ont permis à 257 demandes d’aides d’être approuvées par le ministère de l’Économie (contre 120 en 2019). En plus des régimes d’aides déjà existants avant la pandémie, le chiffre de 2020 comprend des demandes d’aides soumises à plusieurs régimes d’aides spécifiques (Covid R&D & Invest, ainsi que Neistart) introduites par le ministère de l’Économie.

- Le programme Fit4Digital a connu un succès équivalent à l’année précédente (107 participants, contre 110 un an plus tôt), tandis que le nouveau programme Fit4Digital Packages, lancé fin 2019, a été suivi par plus de 180 participants. «Nous avons également nous-mêmes adopté des solutions digitales pour soutenir les entreprises, avec l’organisation d’événements digitaux d’information, ainsi que la préparation active de la conférence E-DIH, qui a eu lieu en janvier 2021 et a attiré 2.600 participants venus de 40 pays», a rappelé Mme Baillie. Cet événement international a marqué le lancement du réseau européen des European Digital Innovation Hubs, dans lequel le Luxembourg Digital Innovation Hub, géré par Luxinnovation, sera partie prenante.

- Ces activités «digitales» de prospection ont conduit à l’incorporation de 10 entreprises étrangères au Luxembourg en 2020 (contre 19 en 2019, mais dans un contexte où les investissements directs étrangers ont diminué de 50% en 2020). Par ailleurs, 62 nouvelles start-up ont été incorporées avec le soutien de Luxinnovation.

- En tant que point de contact national pour le programme-cadre européen Horizon 2020, Luxinnovation a, en outre, continué son travail de facilitation des partenariats internationaux et européens dans le domaine de la recherche et de l’innovation. Avec un taux de réussite qui place le Luxembourg à la troisième place parmi les pays de l’Union européenne: 127 projets (+24,5% par rapport à 2019) ont été cofinancés, pour un montant global accordé de 45 millions d’euros (+40%).