POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

pandémie

Face au Covid, des restrictions de plus en plus fortes



En Belgique, bars, cafés et restaurants sont fermés pour au moins un mois. (Photo: Shutterstock)

En Belgique, bars, cafés et restaurants sont fermés pour au moins un mois. (Photo: Shutterstock)

Alors que le nombre des infections ne cesse d’augmenter, Belgique, France et Allemagne renforcent les restrictions de manière progressive sur leur territoire. La possibilité de voir des confinements se multiplier se fait de plus en plus craindre un peu partout en Europe.

Rien ne semble pouvoir infléchir, pour le moment, la courbe croissante des infections en Europe. Au pied du mur, les gouvernements des pays voisins du Luxembourg, où 416 infections ont été recensées mardi , ne cessent de prendre de nouvelles mesures. Au point que le spectre d’un nouveau confinement, total ou partiel, est de plus en plus ressenti comme possible.

Allemagne

Les 16 Länder et l’État ont décidé d’agir fermement face à la flambée des infections:

- Dans les villes avec un taux d’infection de plus de 50 cas pour 100.000 habitants les bars et restaurants doivent fermer à 23h. Les horaires d’ouverture avaient déjà été réduits dans certaines villes, comme à Berlin où un tribunal a cependant cassé la décision. 

- Le port du masque a été étendu dans l’espace public à partir d’un taux de 35 pour cas pour 100.000 habitants.

-Les événements privés (repas ou autres rencontres) sont limités à dix personnes, de deux foyers différents, dans les villes avec un taux d’infection de plus de 50 cas pour 100.000 habitants. Impossible donc, par exemple, de faire un repas avec trois familles.

- Les rassemblements sont limités à 25 personnes dans les établissements publics et 15 dans les salles privées.

Un arrondissement du sud de la Bavière, celui de Berchtesgaden, a décidé de se reconfiner, ce mardi 20 octobre. Pendant deux semaines, ses 100 000 habitants ne pourront sortir qu’en cas de nécessité ; les crèches, les écoles, les restaurants et les hôtels resteront fermés, tous les rassemblements seront interdits, sauf les offices religieux. Ce district, proche de la frontière autrichienne, est le premier à adopter une telle mesure. D’autres pourraient suivre, notamment dans la région de Cologne et de Düsseldorf.

La chancelière Angela Merkel a semblé vouloir préparer ses concitoyens à un éventuel confinement. « Restez chez vous », leur a-t-elle demandé samedi. Un groupe de virologues a publié, mardi, un appel, expliquant qu’en l’absence de mesures drastiques, « le contrôle de l’épidémie pourrait être perdu », relate le journal Le Monde.

France

Des mesures ont été décidées voici une semaine. Un serrage de vis nécessaire alors que de nombreux hôpitaux sont déjà en état de saturation.

Au niveau régional, certaines dispositions vont néanmoins être renforcées. Le préfet de Moselle devrait ce jeudi prendre un arrêté ordonnant la fermeture des bars et restaurants tous les soirs à partir de 22h dans toutes les communes de Metz Métropole. Une décision qui s’appliquera dès ce samedi 24 octobre. L’arrêté vient en complément des mesures prises la semaine dernière, avec notamment l’obligation du port du masque à Metz et Montigny-lès-Metz, et au centre de Thionville, selon le site lasemaine.fr.

Belgique

Jusque là autorisées les rencontres sportives des enfants de plus de 12 ans sont maintenant déconseillées.

Les écoles francophones passent aussi en code «orange aménagé». Les mesures sanitaires et d’hygiène sont renforcées, notamment dans le cadre des cours de sport, dans les cantines… L’enseignement sera assuré à 100% à temps plein, mais les écoles auront toutefois la possibilité de prévoir des cours à distance dès la 3e secondaire, mais à condition que tous les élèves puissent y participer.

Et alors que la fermeture des restaurants, bars et cafés a été décrétée , qu’un couvre-feu a été instauré, un nouveau Comité de concertation se réunit vendredi. Ce qui laisse craindre cette fois un nouveau confinement. Plusieurs infectiologues plaident pour cette mesure avec zèle.

Ailleurs en Europe

En Italie, on craignait des mesures drastiques. Finalement,  la possibilité a simplement été laissée aux autorités locales  de définir des zones de couvre-feu. Le gouverneur de la Campanie a annoncé, le 16 octobre sa volonté de fermer à nouveau les écoles, provoquant la colère de la ministre de l’instruction publique, et des recours en justice. De son côté, la Lombardie a décidé de recourir à un couvre-feu limité entre 23h et 5 h..

En Espagne, l’Andalousie a décidé, le mardi 13 octobre, de supprimer pour dix jours les cours présentiels à l’université de Grenade. Elle a cependant laissé les bars et les restaurants ouverts, avec la seule restriction d’une fermeture à 23h. A Madrid, les établissements restent ouverts jusqu’à 23 heures, même si la ville, comme d’autres dans le pays, est mise sous cloche. Au Pays basque aussi, on tente de préserver l’activité en réduisant d’une heure seulement (minuit au lieu de 1h) les horaires d’ouverture pour les bars et restaurants. A l’opposé, la Catalogne, qui a un taux d’incidence inférieur, a fermé pour deux semaines tous ses bars et restaurants, de jour comme de nuit.

En Autriche des barrages de police ont refait leur apparition. Les habitants de la commune de Kuchl, au sud de Salzbourg, ont été placés en quatorzaine à la suite de la découverte d’une centaine de cas. Le directeur de la Croix-Rouge autrichienne a proposé de cesser de tester systématiquement les cas contacts pour éviter les interdictions de séjour sur son territoire de la part de l’Allemagne ou des Pays-Bas − fondées sur le nombre de contaminations − et sauver ainsi la saison touristique hivernale…

La Pologne s’attend  à une hausse du nombre de contaminations.Le pays enregistre 9.200 nouveaux cas par jour, un chiffre qui pourrait plus que doubler d’ici une semaine. 

La deuxième vague menace également en Roumanie, qui comptait une moyenne de 125 personnes infectées par jour au début de la pandémie, pour une moyenne de quelque 4.000 cas désormais. Les autorités ont opté pour un début de quarantaine dans les zones les plus touchées. Les restaurants et les hôtels, rouverts à la mi-septembre, ont dû fermer après trois semaines, menaçant l’emploi de 100.000 personnes. Les écoles aussi ont fermé à nouveau, de manière progressive. 

Les Pays-Bas sont en semi-confinement  depuis le mercredi 14 octobre: télétravail obligatoire, bars et restaurants fermés, clientèle limitée dans les magasins…  

En Finlande, les écoles restent ouvertes mais les adultes sont, eux, contraints au télétravail au moins jusqu’à la fin de l’année. Les activités à l’intérieur et les rassemblements sont limités et un secteur échappe aux restrictions : celui des bibliothèques.

En Ecosse, un couvre-feu est imposé à 18h depuis vendredi 9 octobre, pour les services en salle dans les restaurants et les bars. Dans la partie la plus urbanisée, pubs et restaurants doivent rester fermés pour deux semaines. L’Irlande du Nord a décidé d’un quasi-reconfinement (télétravail imposé, bars et restaurants fermés sauf pour des repas à emporter…) de quatre semaines depuis le vendredi 16 octobre et l’ Eire pour 6 semaines . Lundi, le Pays de Galles demandait à chacun de rester chez soi pendant deux semaines, à partir du 23.

En Angleterre, trois niveaux d’alerte ont été définis et Londres est passée au niveau « élevé » le samedi 17 octobre.