POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Bilan

Covid-19: 416 nouvelles infections mardi



La ministre de la Santé Paulette Lenert n’entend pas céder à la panique. (Photo: SIP/Jean-Christophe Verhaegen)

La ministre de la Santé Paulette Lenert n’entend pas céder à la panique. (Photo: SIP/Jean-Christophe Verhaegen)

Même si 416 contaminations ont été enregistrées ce mardi, la ministre de la Santé estime pas qu’il faille prendre des mesures d’urgence de suite. Mais le gouvernement et la Chambre sont prêts à le faire dès que nécessaire<.

«La situation est alarmante, mais reste pour l’instant sous contrôle». Dressant un point hebdomadaire de la situation sanitaire, la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP), refuse de céder à la panique en regardant ce qui se passe dans les pays voisins.

Vidéos: revivez le point presse de Paulette Lenert en luxembourgeois ou en français (traduction simultanée).

Même si les chiffres continuent à augmenter. Sur la journée de mardi, ils ont encore fait un énorme bond avec la détection de 416 nouveaux cas positifs. Sur la semaine, 1.280 infections ont été enregistrées, ce qui revient à une progression de 50% par rapport à la semaine précédente.

«Le taux de positivité – le nombre de personnes infectées par rapport aux nombres de tests, NDLR – est passé d’une semaine à l’autre de 2,2% à 2,69%, poursuit la ministre. Mais il reste bas par rapport à ce que l’on voit chez nos voisins.»

Madame Lenert confirme que le gouvernement et la Chambre se tiennent prêts à décider de nouvelles mesures, si la situation se détériorait rapidement. «L’objectif est que notre système de santé reste stable. Pour l’instant, la progression reste linéaire et il n’y a pas de raisons de prendre des mesures dans l’urgence parce que l’on voit d’autres pays le faire», convient-elle.

Le taux de contamination des différentes classes d’âge est évalué en permanence et il montre toujours une majorité de cas dans les populations plus jeunes. «Regarder uniquement les chiffres n’est pas la solution, explique-t-elle. Nous devons regarder d’autres facteurs comme le nombre de lits disponibles et les effectifs dans les hôpitaux.»

Selon les chiffres diffusés ce mercredi soir, 61 patients sont hospitalisés en soins normaux et 6 en soins intensifs.

Ce n’est pas parce que les routes sont glissantes qu’on les ferme immédiatement.

Paulette Lenert,  ministre de la Santé

À l’heure actuelle, aucune nouvelle mesure contraignante ne semble donc programmée. Si le gouvernement doit se voir pour dresser un nouvel état de la situation, ce ne sera pas avant le début, voire le milieu de la semaine prochaine. «Ce n’est pas parce que les routes sont glissantes qu’on les ferme immédiatement, insiste Paulette Lenert. Il faut d’abord se montrer prudent avant de prendre des mesures plus radicales.»

Un discours qui se veut donc relativement rassurant, tout en rappelant que c’est en ne baissant jamais la garde que l’on peut garder le virus sous contrôle.

«Nous sommes en automne et nous vivons plus ou moins normalement et plus à l’intérieur, il faudra redoubler d’efforts, limiter les déplacements et toujours se demander si nos choix personnels sont bien les meilleurs», insiste la ministre.