ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

conférence annuelle

EY renforce son activité de «managed services»



276532.jpg

Ces cinq dernières années, l’activité d’EY Luxembourg a crû de 54%. (Photo: EY Luxembourg)

Lors de sa conférence annuelle le 14 octobre, EY Luxembourg a affiché une croissance globale de 8,3% de son chiffre d’affaires. Le cabinet cherche cependant toujours de nouvelles voies de diversification et développe davantage son offre de «managed services».

EY Luxembourg affiche une insolente croissance. Son chiffre d’affaires total s’élève à 236 millions d’euros pour l’année fiscale clôturant fin juin 2019, en hausse de 8,3%. Et ces cinq dernières années, l’activité a crû de 54%.

«Ce sont normalement des taux de croissance que nous n’observons que dans les pays en voie de développement!», a commenté Alain Kinsch , country managing partner d’EY Luxembourg, lors de la conférence annuelle du cabinet le 14 octobre.

Le segment Conseil a bénéficié de la vague réglementaire dans le secteur financier, ainsi que des effets relatifs au Brexit. Tout comme les équipes du département Fiscalité, qui ont dû répondre à des demandes croissantes liées aux prix de transfert et aux «mobile workers» du fait du Brexit.

La branche Audit a, quant à elle, gagné de nouveaux mandats, investi dans l’analyse de données, et élargi ses compétences à l’audit de données non financières.

Ces bons résultats n’empêchent pas le cabinet de réfléchir à de nouvelles voies de diversification. D’autant plus que son plan stratégique décennal à horizon 2020 se clôture et que ses «Ambitions 2026» seront détaillées d’ici la fin de l’année.

Délégation de services

EY Luxembourg va ainsi davantage chasser sur les terres des cabinets d’avocats, et challenger ses concurrents directs, avec l’annonce de différents développements de son activité «managed services» ou «reporting de pointe».

Celle-ci a commencé à être déployée il y a un peu plus de deux ans, sous la responsabilité de Bernhard Bittner, associate partner et directeur de la technologie clients de l’initiative Digital and Managed Services.

«Nous avons remarqué que les clients nous demandaient de plus en plus une facturation au résultat (réalisation d’un rapport, d’une analyse spécifique, etc.) et la prise en charge de certaines de leurs activités. Nous leur proposons désormais de nous déléguer des opérations de reporting, de comptabilité, ou de mise en conformité», explique  Olivier Maréchal , partner, financial services advisory leader.

Le contexte de taux d’intérêt bas pénalisant les clients du secteur financier du cabinet, ils doivent adapter leur structure de coûts. EY en tire des avantages: «Nos clients ont besoin d’assistance pour revoir certaines de leurs activités non ‘cœur’ et mettre en œuvre certaines mutualisations de ressources. L’offre de ‘managed services’ peut y contribuer», confirme Olivier Maréchal.

Ces services viennent aussi en soutien du développement des acteurs du «real estate» et du «private equity».

Investissements technologiques

Pour développer ses «managed services», le cabinet a massivement investi dans les nouvelles technologies permettant d’optimiser le traitement et l’analyse de données: robotique et automatisation, reconnaissance optique de caractères, «machine learning», applications avancées en matière de cloud, etc.

EY Luxembourg bénéficie également des développements digitaux du groupe.

«L’expérience client a été totalement transformée, permettant aux clients d’EY de convertir désormais facilement leurs principales opérations de back-office en un atout numérique utile et de s’appuyer sur ce nouvel avantage pour, entre autres, résoudre des questions pressantes relatives au régime DAC 6, bénéficier d’un support de grande qualité en matière de conformité fiscale et de remboursement d’impôts, avoir accès à des connaissances approfondies en matière de reporting réglementaire, d’enregistrement et d’accès au marché, de FATCA/CRS ou bien encore de comptabilité et de consolidation de sociétés ad hoc (‘SPV’)», précise le cabinet dans un communiqué.

Recrutements diversifiés

EY Luxembourg souhaite aussi étendre son positionnement sur le segment des PME et des start-up, 45% du chiffre d’affaires d’EY Luxembourg étant réalisé hors du secteur financier. L’équipe dédiée, sous la responsabilité d’ Yves Even , sera dès lors renforcée.

Et EY Luxembourg organisera une 6e édition du prix de l’Entrepreneur de l’année en 2020.

Le recrutement constitue par conséquent un point-clé pour le déploiement de ces différentes ambitions. EY Luxembourg compte désormais plus de 1.500 collaborateurs (dont 250 recrutements nets cette année ), 52 partners et 40 associate partners.

«Nous recrutons principalement dans la région, mais aussi de plus en plus dans des pays éloignés, hors UE, comme la Chine, la Russie, l’Inde ou le Pakistan», affirme Alain Kinsch. Celui-ci précise que ces recrutements lointains sont aussi bien liés à des besoins de diversité dus à des demandes des clients qu’à une pénurie locale de talents.

Il souhaite par ailleurs que davantage de femmes puissent accéder au rang d’associé: l’objectif consiste à passer de 14% de femmes partners à 28% en six ans.

Les murs vont dès lors devoir être poussés: «Nous avons emménagé dans le bâtiment actuel en 2015. Dans quelques semaines, nous allons prendre possession de deux étages supplémentaires, soit 1.500m2 en plus, et nous pourrons ainsi héberger à terme 1.800 collaborateurs», ajoute Alain Kinsch.

Chiffres-clés d’EY Luxembourg

Audit: 139,3 millions d’euros, +8,8%

Fiscalité: 68,4 millions d’euros, +6,5%

Conseil: 28,3 millions d’euros, +10,9%

Chiffre d’affaires total: 236 millions d’euros, +8,3%

Employés: 1.500 personnes, 52 partners, 40 associate partners

(Chiffres de l’année fiscale clôturant fin juin 2019, variation par rapport à l’année fiscale précédente)

Chiffres-clés d’EY Monde

Chiffre d’affaires: 36,4 milliards de dollars (+8%)

Employés: 284.000 (+8,6%)

Évolution du département Audit: +4,4%

Évolution du département Fiscalité: +8,6%

Évolution du département Conseil: +9,2%

Évolution du département Transaction advisory services: + 15,5% 

(Chiffres de l’année fiscale clôturant fin juin 2019, variation par rapport à l’année fiscale précédente)