PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

Bilan trimestriel

L’effet Brexit se fait toujours sentir dans l’assurance



283938.jpg

L’encaissement de primes des entreprises du Brexit représente désormais plus de 71% de l’encaissement total de l’assurance non-vie. (Photo: Shutterstock)

L’évolution des primes encaissées est moins importante que les deux trimestres précédents, mais le Commissariat aux assurances annonce néanmoins une augmentation de près de 22% à fin septembre. Une hausse en grande partie due aux retombées liées au Brexit.

Toutes branches confondues, les primes ont augmenté de 21,94% au troisième trimestre 2019 par rapport à la même période l’an dernier, selon les chiffres du Commissariat aux assurances (CAA) publiés le 7 novembre.

«Une progression moins spectaculaire que les trimestres précédents», note le CAA dans un communiqué : le deuxième trimestre  avait ainsi affiché une hausse de 53,8%, et le premier trimestre, de 46,18% .

Les résultats de l’assurance non-vie enregistrent une flambée de +203,49% sur les neuf premiers mois de l’année, tandis que l’activité progresse de 23,63% en assurance-vie.

«Cette progression remarquable continue d’être impactée de manière significative par les retombées de l’agrément de compagnies ayant choisi le Luxembourg comme lieu d’installation suite à la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne», commente le CAA.

Le Commissariat précise que l’encaissement de primes des entreprises du Brexit a été multiplié par 11 par rapport à 2018, représentant désormais plus de 71% de l’encaissement total de l’assurance non-vie.

283939.png

12 assureurs non-vie et un assureur-vie ont choisi de s’établir au Grand-Duché. (Photo: Capture d’écran / Rapport annuel CAA)

Collecte nette positive

En assurance-vie, malgré la faiblesse des taux d’intérêt , l’encaissement progresse de 51,19% sur les produits à rendements garantis (contre +7,75% sur les produits en unités de compte).

Le CAA explique cette évolution par «un transfert de portefeuille vers le Luxembourg d’un montant supérieur à 2 milliards d’euros, impactant avant tout l’assurance classique à rendements garantis».

Au final, la collecte nette en assurance-vie reste positive: le montant des primes reste supérieur de 2,84 milliards euros à celui des rachats.