ENTREPRISES & STRATÉGIES — Finance & Légal

Testés, vaccinés ou guéris

Le CovidCheck séduit plusieurs Big Four



Au moins trois des quatre Big Four devraient mettre en place le CovidCheck à plus ou moins long terme.  ( Photos: Maison Moderne /archives –  Montage: Maison Moderne )

Au moins trois des quatre Big Four devraient mettre en place le CovidCheck à plus ou moins long terme.  ( Photos: Maison Moderne /archives –  Montage: Maison Moderne )

Deloitte prévoit d’instaurer le régime CovidCheck dès le 8 novembre, avec des alternatives pour les non-vaccinés. PwC devrait passer sous ce régime le 15 novembre, et KPMG, en janvier 2022. D’autres entreprises luxembourgeoises le mettent en place, mais la plupart le réservent à certains espaces.

Il aura fallu un temps de réflexion aux entreprises pour mettre en place le régime CovidCheck au travail. La procédure s’accompagne de nombreuses questions pratiques

Chez Deloitte, ce sera dès la semaine prochaine, lundi 8 novembre. Mais uniquement à son siège, au bâtiment D.Square à Gasperich. Le contrôle se fera à l’entrée et tout au long de la journée. Le cabinet d’audit de 2.180 salariés a prévu des alternatives pour les salariés non vaccinés. Des tests antigéniques certifiés seront mis à disposition gratuitement du personnel jusqu’au 18 décembre. La société maintiendra également un «hub office» à Esch-Belval où «les salariés ne souhaitant pas se soumettre au régime CovidCheck pourront réserver un bureau et travailler sur le territoire du Grand-Duché». Respect des distances et port du masque resteront alors d’actualité. Le nombre de places n’est pas précisé.

Ce nouveau régime doit rester d’application au moins jusqu’au 18 décembre, date à laquelle la loi Covid actuelle prendra fin. Il remplace le système de rotation bureau/télétravail en place. Désormais, les employés sont «libres de réserver un bureau ou de travailler à domicile en fonction de leurs besoins» .

Sûrement dans au moins trois des Big Four

PwC avait déjà indiqué, en octobre, son «intention d’utiliser la récente législation gouvernementale pour lancer un CovidCheck» en entreprise. «Nous travaillons actuellement avec notre délégation du personnel, et nos salariés, plus largement, pour déterminer les détails sur sa mise en place», précisait-il.

Les choses semblent avoir avancé dans l’entreprise de 2.980 salariés. Plusieurs sources en interne indiquent que le CovidCheck au travail devrait être en place à partir du 15 novembre. L’employeur souhaiterait prendre en charge les tests pour les salariés ni vaccinés ni guéris, mais s’interroge sur cette option, étant donné que l’employeur n’est pas censé savoir qui est vacciné et qui ne l’est pas. L’entreprise n’a pas répondu aux sollicitations de Paperjam pour confirmer cette information.

De son côté, KPMG (1.750 salariés) annonce qu’il est «plus que probable que nous introduisions le CovidCheck en janvier 2022». Les modalités de sa mise en place doivent encore être «peaufinées».

Contacté, EY ne souhaite pas partager d’informations sur le sujet.

Des discussions en cours

D’autres importants employeurs planchent sur la mise en place du CovidCheck, dont Sodexo. La grande majorité des 2.150 salariés travaillent avec des personnes âgées, dans des cantines, ou sur différents sites sous CovidCheck, et sont déjà concernés, rappelle son CEO, Julien Demoulin . Les tests sont à la charge des salariés, mais «nous n’avons rencontré aucun problème , et tout le monde a pu aller travailler», assure-t-il. Concernant la centaine de personnes au siège, des discussions sont en cours avec la délégation du personnel. Le CovidCheck ne sera mis en place «que si nous trouvons un accord», et en «laissant le temps aux personnes qui ne le sont pas d’aller se faire vacciner». Soit «pas avant mi-décembre», si la loi Covid le permettant est prolongée.

Luxair (2.840 salariés) avait déjà exprimé en octobre sa volonté de mettre en place le CovidCheck généralisé pour le 1 er décembre. Alors que d’autres avaient dit le réserver à des réunions ou formations, comme Post (4.620 salariés) ou Cactus (4.460 salariés).

L’option du CovidCheck partiel privilégiée

C’est également le cas aux CFL (4.580 salariés), où le CovidCheck s’impose depuis le 1er novembre, uniquement dans les espaces de restauration et les formations de plus de quatre personnes. Les organisateurs de réunion peuvent aussi choisir de les faire sous ce régime.

Pas de CovidCheck intégral non plus pour les 1.890 salariés de la Banque internationale à Luxembourg (BIL), qui n’a placé sous ce régime que certains espaces de réunion et de formation, son auditorium et son espace de restauration. «Pour encourager le retour au bureau de tous, la banque proposera jusqu’au 18 décembre 2021 de rembourser les tests antigéniques pour les collaborateurs qui en auraient besoin», ajoute-t-elle.

Chez BGL BNP Paribas, «nous avons choisi de maintenir la rotation de nos équipes une semaine sur site, puis une semaine en télétravail, jusqu’au 31 décembre 2021». Le CovidCheck s’applique uniquement aux espaces de restauration depuis le 2 novembre.

À la Banque européenne d’investissement (BEI), où seule la cantine est passée sous CovidCheck, sa généralisation aux 3.500 salariés reste «à l’étude».