POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Nouvelles mesures gouvernementales

Covid-19: les règles pour continuer à faire du sport



Lorsqu’on pratique seul son sport en plein air, pas de restriction. (Photo: Shutterstock)

Lorsqu’on pratique seul son sport en plein air, pas de restriction. (Photo: Shutterstock)

Les activités sportives peuvent reprendre au Luxembourg, et les infrastructures peuvent rouvrir. Mais, évidemment, sous des conditions assez strictes.

Le gouvernement luxembourgeois avait clairement montré, dans les annonces effectuées en début de semaine, qu’il se souciait de la santé mentale de ses concitoyens . Et logiquement, Dan Kersch  (LSAP), vice-Premier ministre et ministre du Travail et des Sports, a été dans le même sens, ce jeudi, lors de la conférence de presse qu’il organisait.

«Le sport fait partie de la société et doit être traité comme tel. Il est extrêmement important pour la santé, qu’elle soit physique ou mentale» a-t-il ainsi expliqué. Avant de préciser les règles en matière de sport contenues dans le projet de loi. Celles-ci seront d’application à partir de lundi et jusqu’au 31 janvier.

Voici ce qu’on peut retenir:

- Le sport seul ou à deux: lorsqu’on est tout seul ou à deux, on peut pratiquer son sport sans restriction en extérieur, ni masque, ni distanciation physique. Il en va de même en salle, mais il sera, en revanche, demandé un minimum de 15m² pour un sportif seul. Et de 25m² par personne pour un couple.

- En groupe: des groupes peuvent être formés pour la pratique du sport. Ceux-ci pourront se composer de 3 à 10 personnes. Mais les règles qui y sont associées sont plus strictes.

C’est ainsi qu’en plein air, pour le football ou l’athlétisme par exemple, on ne pourra retrouver au maximum que deux groupes de 10 personnes dans un même stade. Et il faudra veiller à respecter une distanciation de 2m entre chaque sportif, et de 20m entre les deux groupes.

En intérieur, c’est encore plus drastique. La règle des 2m de séparation reste évidemment de mise, mais on y ajoute un minimum de 30m² par sportif. Et il ne pourra y avoir plus d’un groupe de 10 personnes dans la salle en question que si on retrouve une séparation matérielle entre eux. Comme un rideau fixe. De manière à pouvoir s’exercer en parallèle, mais sans interaction entre groupes.

À noter qu’à partir d’une surface sportive de 20.000m², c’est-à-dire principalement les terrains de golf, quatre groupes de 10 personnes pourront être actifs, à condition que la règle des 2m soit toujours respectée.

- Les infrastructures sportives: elles peuvent donc rouvrir à partir de ce lundi. «Si leur propriétaire l’accepte, bien évidemment», a expliqué le ministre. Car il faut bien sûr suivre les règles évoquées plus haut. Et celles-ci pourraient provoquer un gros manque à gagner pour certains. Notamment les salles de sport…

- Les piscines: elles devront être divisées en six couloirs. Les bassins de 50m pourront accueillir 6 nageurs dans chacun d’eux. Ceux de 25m sont, eux, limités à 3 nageurs par couloir. «Il a été observé que, dans les piscines, le risque de propagation était moins important» a expliqué Dan Kersch, pour justifier la plus grande concentration de sportifs acceptée dans l’eau. «À cause du chlore et du fait que le virus semble moins à l’aise dans l’eau.» C’est surtout autour des bassins qu’il faudra donc faire attention. 

- Les vestiaires et douches: leur accès est clairement réglementé. Il ne peut y avoir qu’un maximum de 10 personnes par vestiaire/douche collective. En respectant toujours les 2m de distanciation et en portant un masque (quand on ne se douche pas). Ceci est valable pour tous les sports et tous les sportifs, sans exception.

- Le sport d’élite: il a droit à un traitement de faveur. Les sportifs d’élite du Comité olympique et sportif luxembourgeois, les sportifs professionnels, les élèves du lycée sportif, ceux des centres de formation et les membres d’équipes seniors des clubs de niveau supérieur ne doivent ainsi pas suivre les règles énoncées ci-dessus, sauf celles concernant les vestiaires et les douches. À noter qu’il est envisagé que des «tests rapides» soient désormais pratiqués dans certains sports (football, basket, handball et volley) lorsque les compétitions nationales reprendront.