ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Grande distribution

Cactus s’adapte aux mesures, avec Noël en point de mire



Le groupe Cactus va devoir s’adapter aux nouvelles mesures prises par le gouvernement afin de limiter la propagation du Covid-19. (Photo: Nader Ghavami/archives Maison Moderne)

Le groupe Cactus va devoir s’adapter aux nouvelles mesures prises par le gouvernement afin de limiter la propagation du Covid-19. (Photo: Nader Ghavami/archives Maison Moderne)

Le groupe leader dans la grande distribution accueille avec bienveillance les mesures du gouvernement pour limiter le nombre de clients par mètre carré. À quelques semaines de la période cruciale de Noël, son administrateur-directeur, Laurent Schonckert, compte sur la bonne collaboration de chacun.

En cours d’élaboration sur le plan législatif, les nouvelles mesures contraignantes décidées par le gouvernement concerneront aussi les grandes surfaces.

Lundi soir, la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP), indiquait vouloir limiter le nombre de clients à 1 pour 10m² dans les grandes surfaces de plus de 400m², afin d’éviter une propagation éventuelle du virus.

«Des mesures semblables ont été mises en place à l’étranger. Il s’agit avant tout de rassurer, car je ne pense pas qu’un centre commercial comme la Belle Étoile pose problème, nous connaissons nos affluences et nous pouvons les gérer», indique Laurent Schonckert , administrateur-directeur du groupe Cactus.

Les consignes précises sont attendues, mais le groupe familial de grande distribution s’appuiera sur l’expérience de mars pour canaliser le flux de clients le cas échéant. Les équipes de sécurité seront organisées en fonction, le tout dans une approche de responsabilisation de chacune des parties concernées. Dont les clients.

«C’est une mesure parmi d’autres, qui concerne les rassemblements, et j’ose espérer que tout le monde s’y tiendra, car un second lockdown serait catastrophique», ajoute Laurent Schonckert, qui redoute un éventuel effet psychologique défavorable à la fréquentation des commerces. «Chacun doit prendre sa responsabilité pour respecter les consignes et les gestes barrières, nous continuons de prendre notre part de responsabilité en tant qu’entreprise. Le nouveau cadre est défini, c’est dans ce cadre que nous devons tous évoluer.»

À la Belle Étoile, il a été décidé de suspendre «toutes les activités, actions et expositions prévues dans la galerie», écrit Cactus, dans un communiqué. «Aucun stand commercial ou social et aucune action, entre autres les collectes, ne pourra être organisé dans nos galeries marchandes. Le bar à bières à l’entrée shopping center Belle Étoile sera quant à lui également fermé», précise le groupe. «Ces mesures ont été prises pour la protection de la santé de notre clientèle, elles prennent effet à compter de ce jour (mardi, ndlr), et jusqu’à nouvel ordre.»

Des espaces vacants comblés

En pouvant s’appuyer sur l’expérience de la première vague vécue au printemps, les supermarchés Cactus préparent néanmoins d’ores et déjà le moment fort sur le plan commercial: les fêtes de fin d’année.

«Cette mesure gouvernementale durera quatre semaines, ce qui ne nous emmène pas encore trop près des fêtes de Noël, qui resteront un moment fort», note Laurent Schonckert, qui doit, comme tous les chefs d’entreprise, vivre avec une fenêtre de projection limitée quant à la situation sanitaire.

À l’heure d’un bilan intermédiaire de l’activité sur 2020, le patron de Cactus évoque tout de même une bonne année dans l’alimentaire: «Les gens ont disposé d’un budget alimentaire supplémentaire, car ils sont moins allés en vacances.»

Quant au volet immobilier, à savoir la gestion des galeries commerciales (250 baux), la situation reste volatile. Certaines enseignes ont baissé le rideau pour différentes raisons, entre une mauvaise situation déjà existante avant la crise et des fermetures de chaînes internationales.

«La plupart des commerces ont repris des couleurs depuis le début de l’été. Il faudra voir comment les facteurs psychologiques jouent», pointe Laurent Schonckert, qui voit dans l’arrivée de nouvelles boutiques dans les cellules vacantes un signal positif et encourageant.

Un contexte dans lequel «il faut être souple, s’adapter, être honnête par rapport à tout le monde», résume l’administrateur-directeur de Cactus.