ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Ce dimanche

Les boutiques rythmées par le Mantelsonndeg



Le Mantelsonndeg constitue pour de nombreuses boutiques la dernière ouverture dominicale exceptionnelle avant celles des achats de fin d’année, dès le Black Friday. (Photo: Paperjam)

Le Mantelsonndeg constitue pour de nombreuses boutiques la dernière ouverture dominicale exceptionnelle avant celles des achats de fin d’année, dès le Black Friday. (Photo: Paperjam)

L’ouverture exceptionnelle des commerces ce dimanche pour le Mantelsonndeg est l’occasion pour beaucoup de commerçants de faire le plein de chalands et de se préparer au pic de fin d’année.

Les offres promotionnelles fleurissent ces derniers jours autour du Mantelsonndeg, ou dimanche des manteaux, une tradition luxembourgeoise qui veut que l’on s’équipe pour l’hiver le dimanche qui précède la Toussaint.

Après une édition 2020 marquée par la pandémie de Covid-19, la campagne de vaccination et le retour au travail en présentiel semblent sourire au secteur de la vente de détail. «Dans le centre-ville et au Kirchberg, nous sentons vraiment un net regain de fréquentation et de chiffre d’affaires», observe Eric Santeramo, patron d’une quinzaine de points de vente en prêt-à-porter avec sa société Feel Good Group Capital.

«Cette année, les commerçants ont davantage investi dans le marketing, on voit beaucoup d’animations et plus d’offres promotionnelles», relaie Claude Bizjak, directeur adjoint de la CLC . La Femo (Fédération de la mode du Luxembourg) organise par exemple son premier concours en ligne, avec 1.000 euros d’achat à gagner grâce à un selfie posté sur les réseaux sociaux.

Le Mantelsonndeg se fait de plus en plus connaître de l’autre côté de nos frontières, par exemple en Belgique et en France.

Eric Santeramo,  commerçant à la tête d’une quinzaine de boutiques

Les grands centres commerciaux communiquent aussi beaucoup sur l’opération. «Le Mantelsonndeg se fait de plus en plus connaître de l’autre côté de nos frontières, par exemple en Belgique et en France. On peut s’attendre à ce qu’il y ait beaucoup de monde», illustre Eric Santeramo.

Le commerçant table sur une hausse de ses ventes de 30% ce samedi et l’équivalent d’un samedi normal pour le dimanche.

Comme un air de retour à la normale

Et bien que les infections au Covid-19 remontent ces derniers jours , la situation sanitaire semble moins préoccupante qu’il y a un an. «Le système des soins de santé reste sous contrôle, les hôpitaux ne sont pas surchargés», précise le responsable de l’organisation sectorielle.

Du côté de l’ UCVL , sa directrice Anne Darin salue cet air de retour à la normale dans les commerces, bien que le masque et le gel hydroalcoolique soient désormais ancrés dans le paysage. «Pour l’heure, les préoccupations sont plutôt au niveau de l’horeca, parce que les nouvelles règles sont contraignantes et que l’on ne connaît pas encore leur application claire et concrète », indique-t-elle.

Parmi les affiliés à l’UCVL, une certaine forme de sérénité fait son retour après une année marquée par un second confinement et les dommages collatéraux du télétravail sur le passage en boutiques. «Les membres sont aussi contents que le marché de Noël revienne , cela reflète un retour à une vie urbaine plus vivante.»

Reste une ombre au tableau de cette fin d’année 2021: les soucis d’approvisionnement qui grippent la chaîne logistique. «Dans le commerce de détail, c’est quand même moins flagrant que dans le commerce de gros ou de matériaux, mais on a quand même des délais de retard», reconnaît Anne Darin. Eric Santeramo le constate surtout pour les marchandises en provenance d’Asie, à l’inverse de celles issues de l’Europe ou du Maghreb.

Cette ouverture des commerces habituellement fermés le dimanche est en tout cas la dernière avant le rush des fêtes de fin d’année, dont le coup d’envoi sera donné le 28 novembre, à l’occasion du week-end du Black Friday. Ensuite, tous les commerces ouvriront leurs portes les dimanches jusqu’à la fin de l’année.