POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Décision de politique monétaire

La BCE maintient sa politique accommodante



Christine Lagarde, présidente de la BCE, a appelé les dirigeants européens à adopter «rapidement» un plan de relance économique «ambitieux» face à la pandémie de coronavirus.  (Photo: BCE)

Christine Lagarde, présidente de la BCE, a appelé les dirigeants européens à adopter «rapidement» un plan de relance économique «ambitieux» face à la pandémie de coronavirus. (Photo: BCE)

Jeudi 16 juillet, le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a pris la décision de laisser ses taux directeurs inchangés et de maintenir son programme exceptionnel de rachats d’actifs (PEPP).

Après la réunion du conseil des gouverneurs, la BCE a tranché: les taux directeurs restent inchangés. Le taux de refinancement demeure à 0% et le taux de dépôt à -0,50%.

«Le conseil des gouverneurs prévoit que les taux d’intérêt directeurs de la BCE resteront à leurs niveaux actuels ou à des niveaux plus bas jusqu’à ce qu’il ait constaté que les perspectives d’inflation convergent durablement vers un niveau suffisamment proche, mais inférieur à 2%», précise la BCE dans son communiqué .

Par ailleurs, le programme d’urgence appelé «PEPP» (pour Pandemic Emergency Purchase Programme), mis en place dans le contexte de la pandémie de coronavirus, va se poursuivre au moins jusqu’à fin juin 2021. Lancé en mars, il est doté d’une enveloppe de 1.350 milliards d’euros .

«Orientation accommodante»

«Dans ce contexte, une relance monétaire importante reste nécessaire pour soutenir la reprise économique et pour préserver la stabilité des prix à moyen terme. C'est pourquoi nous avons décidé de reconfirmer l’orientation très accommodante de notre politique monétaire», explique Christine Lagarde, présidente de la BCE, lors de son discours d’introduction .

Avant de poursuivre: «Dans l’ensemble, nos mesures politiques, ainsi que les mesures adoptées par les gouvernements nationaux et les institutions européennes continueront à soutenir l’accès au financement, y compris pour les personnes les plus touchées par les ramifications de la pandémie.»

La BCE a en outre appelé les dirigeants européens à adopter «rapidement» un plan de relance économique «ambitieux» face à la pandémie de coronavirus.

Une exhortation qui n’est pas faite par hasard: un Conseil européen extraordinaire se réunit ces 17 et 18 juillet  pour s’accorder sur le plan de relance fixé à 750 milliards d’euros par son président, Charles Michel.