ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Automobile

Autofestival: les concessionnaires sont prêts



Philippe Mersch, président de la Fedamo, a présenté les contours de la 58e édition de l’Autofestival, qui aura lieu du 24 janvier au 5 février 2022. (Photo: Guy Wolff/Maison Moderne)

Philippe Mersch, président de la Fedamo, a présenté les contours de la 58e édition de l’Autofestival, qui aura lieu du 24 janvier au 5 février 2022. (Photo: Guy Wolff/Maison Moderne)

Les concessionnaires du Luxembourg assurent être prêts pour la 58e édition de l’Autofestival.

Événement incontournable dans le paysage automobile luxembourgeois, la 58e édition de l’Autofestival, organisée par la Fedamo , s’ouvrira le 24 janvier pour se clôturer le 5 février dans 80 concessions à travers tout le pays.

Les concessionnaires du pays veulent rester optimistes malgré les incertitudes du moment et se sont préparés afin de proposer des véhicules à la clientèle. La crise sanitaire a engendré des tensions sur les chaînes de production, notamment en raison de la pénurie des puces électroniques. Conséquence directe sur la clientèle: des véhicules livrés avec plusieurs mois de retard.

Du stock disponible

La réussite de l’Autofestival réside donc dans la capacité des concessionnaires à proposer des véhicules dans des délais raisonnables. «C’est la question du moment, et la réponse n’est pas simple», lance Marc Devillet , directeur général d’Autopolis et membre de la Fedamo. Mais le directeur de la concession multimarque assure s’être bien préparé, tout comme l’ensemble des professionnels du secteur. «Il est difficile d’évaluer les délais de livraison, car cela dépend des marques et des modèles. Mais nous avons un réseau de distribution automobile au Luxembourg qui a anticipé l’événement. Nous avons la possibilité de commander des véhicules sur les chaînes de production et nous avons déjà précommandé un grand nombre de véhicules qui arriveront plus tôt à l’occasion de l’Autofestival. Cela va nous permettre de réduire l’attente», a assuré Marc Devillet, qui table sur «un délai moyen de livraison allant de trois à cinq mois».

Même discours du côté du groupe Losch. «Cela dépend effectivement des marques et des modèles. Nous savons que l’année sera encore compliquée, mais la différence notable, c’est que le client est désormais conscient de ce délai. Il est donc moins pris au dépourvu», a souligné Michel Louro , COO Retail, Losch Luxembourg et membre de la Fédamo.

Pour l’Autofestival, les concessionnaires disposent d’un stock de véhicules conséquent. Il est peut-être moins grand que les autres années, mais il y a tout de même un bon nombre de voitures en stock.

Philippe Mersch,  président,  Fedamo

Enfin, Philippe Mersch, président de la Fedamo, a également insisté sur le stock automobile des concessionnaires. «Aujourd’hui, et pour l’Autofestival, les concessionnaires disposent d’un stock de véhicules conséquent. Il est peut-être moins grand que les autres années, mais il y a tout de même un bon nombre de voitures en stock», a-t-il assuré.

Plus globalement, l’Autofestival a toujours été une boussole et un indicateur important sur les ventes annuelles. Mais cette année, l’importance de l’événement sera peut-être à nuancer, du fait d’un nombre de véhicules disponibles en baisse malgré les efforts des concessionnaires. «L’Autofestival ne va pas changer les perspectives de l’année à venir, car nous savons qu’en ce moment, il n’y a pas assez de voitures. Mais c’est un problème plus complexe, car la problématique n’est pas uniforme sur l’ensemble des concessionnaires. Certains ont très bien fonctionné, car ils ont des stocks, d’autres moins. D’un autre côté, certaines marques ont réussi à prendre des parts de marché. Il est donc difficile d’avoir une analyse uniforme pour l’ensemble du secteur», a expliqué Philippe Mersch. Mais là encore, la priorité est à l’optimisme. «Je ne vais pas me risquer à des prédictions. Nous n’avons pas d’outil qui comptabilise les bons de commande, mais si nous travaillons de manière sérieuse, si nous réalisons des essais et que nous accueillons correctement et avec sérieux notre clientèle qui pourra se rendre en toute sécurité dans les concessions, alors nous serons contents», a terminé le président de la Fedamo.

Un modèle adopté en Belgique

Le modèle de l’Autofestival luxembourgeois a été adopté en Belgique. Le Salon de l’auto de Bruxelles ne pouvant pas se dérouler comme à l’accoutumée, il a été décidé d’adapter l’édition 2022, du 15 au 23 janvier, sur le format luxembourgeois. Autrement dit, déplacer le salon dans les concessionnaires du pays. «Il est vrai que nous avons reçu quelques sollicitations de nos collègues en Belgique. Ils voulaient avoir des conseils et savoir comment nous réussissions à accueillir la clientèle, la prendre en charge, lui proposer des essais sur route, le tout dans une bonne fluidité. C’est une organisation et une planification spécifiques qui mobilisent 120 personnes chez nous, afin d’apporter le plus grand confort au client, en plus d’une bonne expérience», a indiqué Marc Devillet.