POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

pandémie

Des mesures anti-Covid inchangées pour les fêtes



Le Premier ministre a affirmé savoir que les mesures prises dont «difficiles, notamment au niveau des contacts humains». Mais elles sont aussi «indispensables». (Photo: Capture d’écran/Gouvernement.lu)

Le Premier ministre a affirmé savoir que les mesures prises dont «difficiles, notamment au niveau des contacts humains». Mais elles sont aussi «indispensables». (Photo: Capture d’écran/Gouvernement.lu)

Les chiffres en lien avec la pandémie de Covid-19 ne laissaient aucun espoir quant à un assouplissement des mesures en vigueur depuis le 26 novembre. Et le conseil de gouvernement a en effet décidé de prolonger le confinement partiel jusqu’au 15 janvier au moins.

Malgré des mesures drastiques appliquées depuis le 26 novembre , le Luxembourg ne connaît toujours pas de répit sur le front du Covid-19. «La situation est claire: nous avons toujours un nombre trop important de nouvelles infections, donc trop de nouvelles hospitalisations et donc trop de décès », a expliqué le Premier ministre,  Xavier Bettel , suite à la tenue du conseil de gouvernement ce mercredi. 

Ce n’est pas le moment de lever les restrictions.
Xavier Bettel

Xavier Bettel,  Premier ministre

Voici trois semaines, il avait expliqué que l’évolution des chiffres, évidemment à la baisse, serait le juge de paix de toute décision éventuelle d’un assouplissement des restrictions. «Ce n’est pas le moment de lever les restrictions», a donc confirmé clairement le Premier ministre.

Le couvre-feu de 23h à 6h reste donc d’application. La fermeture des cafés, bars et restaurants et de nombreux lieux de culture et d’activité sportive est confirmée.  Les rassemblements de plus de 100 personnes sont toujours interdits. «Il ne faut pas commettre des imprudences que l’on paiera cher plus tard», souligne Xavier Bettel.

Pour les  fêtes de Noël ou Nouvel An, une même famille ne pourra recevoir sous son toit que deux autres personnes, appartenant aussi à un même ménage. «Je sais que c’est difficile, notamment au niveau des contacts humains. Mais on doit s’y tenir. Pour éviter de devoir à nouveau tout fermer au mois de mars», martèle le Premier ministre, convaincu que les Luxembourgeois et ceux qui travaillent dans le pays «comprendront ces mesures, les respecteront et verront qu’elles sont prises pour eux».

Le shopping «plaisir» de fin d’année n’aura pas lieu

Le projet de loi qui mettra en pratique ces mesures, ou prolongera les effets de celles en cours, apportera aussi des précisions suite à des constats posés notamment dans les centres commerciaux. Ainsi, il ne sera plus possible d’y consommer des produits achetés en take-away . Un protocole va aussi être mis en place afin que le flux des visiteurs soit géré de manière stricte. Avec une responsabilité incombant aux clients et aux exploitants, qui pourront l’un et l’autre être sanctionnés en cas d’entorse.

De toute façon, le message des autorités est clair: «Faire ses courses n’est pas un loisir, ce n’est pas à faire pour le moment. Ce n’est pas une excursion, il y a d’autres beaux endroits où aller. Il faut cibler ses achats et limiter cela au minimum.» Le shopping «plaisir» de la fin d’année n’aura donc pas lieu.

Tout cela pour laisser du temps aux chiffres de baisser. Mais plus personne n’oserait augurer que tout ira mieux le 15 janvier. Et certainement pas Xavier Bettel ou la ministre de la Santé,  Paulette Lenert (LSAP), qui, de fait, ont une nouvelle fois répété que la seule vérité qui comptera sera celle des chiffres.