PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Larry Fink, PDG de BlackRock

«Au sortir de la crise, le monde sera différent»



BlackRock a annoncé, le 23 mars, le déblocage de 50 millions de dollars dédiés aux efforts de secours dans le cadre de la pandémie. (Photo: Shutterstock)

BlackRock a annoncé, le 23 mars, le déblocage de 50 millions de dollars dédiés aux efforts de secours dans le cadre de la pandémie. (Photo: Shutterstock)

Le 29 mars, Larry Fink, président du groupe BlackRock, a écrit une longue lettre à ses actionnaires, analysant les impacts de la crise sanitaire sur l’économie et les tendances à venir pour l’industrie de la gestion d’actifs.

Larry Fink, PDG et fondateur de BlackRock (7,430 milliards de dollars d’actifs sous gestion en 2019), a cette fois pris la plume pour expliquer à ses actionnaires la manière dont la société de gestion d’actifs gérait la crise actuelle due au coronavirus.

BlackRock a par ailleurs annoncé le 23 mars le déblocage de 50 millions de dollars dédiés aux efforts de secours dans le cadre de la pandémie, en les attribuant à différentes fondations et associations dans le monde.

Extraits choisis de la  lettre de Larry Fink publiée le 29 mars :

Sur l’année passée:

«Lorsque je me suis assis pour écrire cette lettre, j’étais dans mon bureau et je réfléchissais à la façon de décrire les événements de 2019 et à ce que BlackRock avait réalisé l’année dernière. Aujourd’hui, cela semble être une réalité lointaine. Les bureaux de BlackRock dans le monde sont presque vides, et je vous écris isolé depuis mon domicile, comme des millions d’autres personnes.»

Sur les chutes des marchés boursiers:

«En 44 ans de carrière dans la finance, je n’ai jamais rien vécu de tel. L’épidémie a touché les marchés financiers avec une rapidité et une férocité que l’on ne voit normalement que dans une crise financière classique. En quelques semaines, les indices boursiers mondiaux sont passés de sommets records à un marché baissier . Un coupe-circuit à la Bourse de New York, conçu pour donner une pause aux opérateurs et atténuer l’extrême volatilité, a été déclenché pour la première fois depuis 1997, puis trois autres fois de suite. Ces conditions ont été exacerbées par des plus bas historiques de liquidité des bons du Trésor américain, qui servent de référence pour évaluer le risque sur le marché.»

Sur ce que la crise va changer:

«L’épidémie n’a pas simplement exercé une pression sur les marchés financiers et la croissance à court terme: elle a déclenché une réévaluation de nombreuses hypothèses concernant l’économie mondiale, comme notre engouement pour les chaînes d’approvisionnement en temps réel ou notre dépendance à l’égard du transport aérien international. Plus profondément encore, les gens du monde entier sont en train de repenser fondamentalement la façon dont nous travaillons, dont nous faisons nos courses, dont nous voyageons et dont nous nous réunissons. Lorsque nous sortirons de cette crise, le monde sera différent. La psychologie des investisseurs changera. Les entreprises changeront. La consommation changera. Et nous serons plus profondément dépendants de nos familles et des autres pour rester en sécurité».

Les actions des politiques sont susceptibles d’être plus efficaces et de fonctionner plus rapidement, car elles ne luttent pas contre les mêmes défis structurels qu’il y a dix ans.

Larry Fink,  PDG,  BlackRock

Sur la résolution de la crise économique:

«Je crois que l’économie va se redresser progressivement , en partie parce que cette situation ne présente pas certains des obstacles à la reprise d’une crise financière typique. Les banques centrales agissent rapidement pour résoudre les problèmes des marchés du crédit, et les gouvernements prennent maintenant des décisions énergiques pour mettre en œuvre des mesures de relance budgétaire. La rapidité et la forme de ces politiques sont profondément influencées par l’expérience du monde pendant la crise financière mondiale de 2008. Je pense également que leurs actions sont susceptibles d’être plus efficaces et de fonctionner plus rapidement, car elles ne luttent pas contre les mêmes défis structurels qu’il y a dix ans.

Cela ne veut pas dire que le monde est sans risque, ni que le marché a atteint son point le plus bas. Il est impossible de le savoir. Des défis importants attendent également les entreprises fortement endettées, et si les gouvernements ne sont pas prudents dans la conception de leurs programmes de relance, la douleur économique de l’épidémie retombera de manière disproportionnée sur les épaules des personnes les plus vulnérables sur le plan économique.»

Lorsque nous sortirons de cette crise et que les investisseurs rééquilibreront leurs portefeuilles, nous aurons l’occasion d’accélérer le passage à un monde plus durable.

Larry Fink,  PDG,  BlackRock

Sur l’évolution de l’industrie de la gestion d’actifs:

«Le changement le plus important pour les gestionnaires d’actifs sera la façon dont nous utilisons la technologie. À l’avenir, les gestionnaires d’actifs devront être aussi bons dans l’utilisation de la technologie que n’importe quelle entreprise technologique. Cela doit faire partie de ce qu’ils sont. Les gestionnaires d’actifs devront intégrer pleinement la technologie pour se connecter avec leurs clients, générer des informations sur les investissements, créer de l’efficacité opérationnelle et unifier leur organisation sur une plate-forme unique. La volatilité des marchés, et la vitesse à laquelle ils ont évolué ces dernières semaines, renforce une fois de plus à quel point la technologie est essentielle à la gestion des risques aujourd’hui.»

Sur l’importance d’une finance durable:

«Les changements dus au réchauffement climatique vont remodeler la finance mondiale en entraînant une importante réévaluation des risques et des actifs. Et la pandémie que nous connaissons actuellement met en évidence la fragilité du monde globalisé et la valeur des portefeuilles durables. Au cours de cette période, les portefeuilles durables ont enregistré des performances supérieures à celles des portefeuilles traditionnels. Lorsque nous sortirons de cette crise et que les investisseurs rééquilibreront leurs portefeuilles, nous aurons l’occasion d’accélérer le passage à un monde plus durable