POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Le Luxembourg ciblé

Les 8 chiffres marquants de l’enquête OpenLux



La une du journal Le Soir fait référence aux 10.000 Belges identifiés à la tête d’entités luxembourgeoises. (Photomontage: Maison Moderne)

La une du journal Le Soir fait référence aux 10.000 Belges identifiés à la tête d’entités luxembourgeoises. (Photomontage: Maison Moderne)

Afin d’y voir plus clair sur les révélations de l’enquête OpenLux dont les premiers éléments ont été dévoilés ce lundi 8 février par 17 médias internationaux, nous vous proposons d’en saisir les grandes lignes à travers huit chiffres importants. 

17: les médias à l’origine des révélations

L’enquête OpenLux a mobilisé 17 médias pendant un an. C’est la cellule Fact-checking du journal français Le Monde qui a lancé ce projet d’analyses des données luxembourgeoises, aidée par les titres suivants: Süddeutsche Zeitung, Le Soir, l’OCCRP, IrpiMedia, McClatchy, Woxx, iStories, Arij, Krik, Bivol, investigace.cz, Piauí, Tempo, Armando Info, La Nación et Inkyfada.

3,3 millions: les documents étudiés

À l’initiative du journal Le Monde et grâce à l’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), les journalistes ont passé au crible plus de 3,3 millions de documents (soit 1,3 téraoctet de données) pour la plupart rendus publics ces dernières années, à commencer par les données du registre des bénéficiaires effectifs (RBE) et celles du registre de commerce et des sociétés (RBC) afin d’identifier qui se cache derrière les entités établies au Grand-Duché.

64.458: le nombre de bénéficiaires identifiés par OpenLux

Sur les 140.165 sociétés répertoriées au Luxembourg, près de la moitié (46%) sont identifiées comme des holdings financières par les investigations des journalistes, selon Le Monde. Nos confrères de Woxx évoquent, quant à eux, le chiffre de 38% de holdings financières. Il est souligné que ces entreprises n’auraient aucun enracinement local et que leur but se limiterait à de l’évasion fiscale.

67.815: les entreprises qui ont failli à leurs obligations

L’enquête OpenLux révèle le caractère très incomplet du RBE, auprès duquel les entités sont désormais tenues de déclarer leurs bénéficiaires. Ainsi, il est impossible d’identifier le ou les bénéficiaires de 41.414 sociétés, tandis que 26.401 n’ont tout bonnement rien déclaré. L’enquête rappelle néanmoins l’obligation de déclarer un «bénéficiaire effectif» si ce dernier détient au moins 25% des actions d’une société.

157: le nombre de nationalités à la tête de sociétés enregistrées au Luxembourg

Dans le détail, OpenLux identifie plus de 157 nationalités à la tête des sociétés identifiées basées au Luxembourg. La France domine ce classement avec près de 15.000 occurrences. La Belgique dépasserait les 10.000 actionnaires ou co-actionnaires d’entreprise.

87%: la mainmise des propriétaires étrangers

Les données d’OpenLux témoignent de l’emprise des propriétaires étrangers sur le tissu entrepreneurial grand-ducal. Ainsi, seules 13% des sociétés établies au Luxembourg seraient contrôlées par des «Luxembourgeois», contre 87% par des «étrangers». À noter que Le Monde n’emploie pas les termes résidents et non-résidents, plus usités au Grand-Duché, où 47,4% de la population est étrangère selon les données du Statec en 2020.

6.500 milliards d’euros: la valeur totale des actifs

Le montant total des actifs des sociétés luxembourgeoises identifiées comme holdings financières par OpenLux s’élèverait à 6.500 milliards d’euros, plus que les près de 5.000 milliards d’euros gérés par les fonds d’investissement . Elles concentreraient ainsi 85% du total des actifs des sociétés du Luxembourg.

279: les milliardaires épinglés

Parmi les 2.000 milliardaires répertoriés par le magazine Forbes, Le Monde a retrouvé les traces d’au moins 279 d’entre eux à la tête d’entités luxembourgeoises.