POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

850 millions d’euros d’amende

VW et BMW punis pour non-concurrence technologique



Les groupes allemands VW et BMW touchés par une amende européenne pour s’être entendus sur des techniques de dépollution. (Photo: Shutterstock)

Les groupes allemands VW et BMW touchés par une amende européenne pour s’être entendus sur des techniques de dépollution. (Photo: Shutterstock)

Les constructeurs automobiles allemands BMW et VW ont été sanctionnés par la Commission européenne pour entente illégale. Et pour la première fois, il ne s’agit pas d’une entente sur des prix, mais sur une technologie de dépollution au sujet de laquelle ils ont refusé de se faire concurrence.

Le groupe Daimler (Mercedes), allemand lui aussi, est également impliqué, mais n’a pas été sanctionné, parce que c’est lui qui a révélé l’accord tacite. C’est pourtant lui qui aurait eu l’amende la plus lourde, à hauteur de 727 millions d’euros.

La compétition est en principe source de progrès. Et celle-ci aurait pu permettre un pas de plus contre le réchauffement climatique. «La concurrence et l’innovation en matière de gestion de la pollution automobile sont essentielles pour que l’Europe puisse atteindre ses objectifs ambitieux du pacte vert. Et cette décision montre que nous n’hésiterons pas à agir contre toutes les formes d’ententes mettant en péril cet objectif», a commenté la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, à la base de cette condamnation.

La concurrence et l’innovation en matière de gestion de la pollution automobile sont essentielles pour que l’Europe puisse atteindre ses objectifs ambitieux du pacte vert.

Margrethe Vestager,  commissaire européenne à la Concurrence

Dans les faits, le groupe Volkswagen (VW, Audi et Porsche), Daimler et BMW se sont mis d’accord, il y a plusieurs années de cela, pour ne pas accélérer le développement de la technologie de réduction catalytique sélective. Il s’agit de la technique qui permet d’éliminer les émissions nocives d’oxyde d’azote des gaz d’échappement de moteurs diesel par injection d’urée (AdBlue).

La Commission a reproché à ces grands constructeurs de s’être concertés pendant plus de cinq ans pour ne pas dépasser les exigences européennes en la matière. Alors qu’ils auraient pu en faire un argument de vente.

Au final, Volkswagen écope d’une amende de 373 millions d’euros et BMW de 502 millions. Ils ont bénéficié d’une réduction des montants calculés pour avoir collaboré avec la Commission après avoir reconnu les faits.

À noter que ces amendes sont totalement indépendantes du Dieselgate , datant de 2015. Ce scandale ne concernait que le groupe VW, qui avait admis l’usage de technologies illicites pour faire passer ses véhicules pour moins polluants qu’ils ne l’étaient réellement.