POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Commission européenne

La validité du pass sanitaire européen fixée à 9 mois



À partir du 1er février 2022, le certificat de vaccination attestant d’un schéma de vaccination complet sera valable durant 270 jours dans l’ensemble de l’UE. (Photo: Guy Wolff/Maison Moderne/archives)

À partir du 1er février 2022, le certificat de vaccination attestant d’un schéma de vaccination complet sera valable durant 270 jours dans l’ensemble de l’UE. (Photo: Guy Wolff/Maison Moderne/archives)

La Commission européenne a tranché: le pass sanitaire européen sera valable pendant 9 mois après l’obtention d’un schéma de vaccination complet. Après quoi une dose de booster sera nécessaire.

L’incertitude quant à la durée de validité du pass sanitaire risquait de mettre à mal la libre circulation entre les États membres de l’UE. En France, sa validité était de sept mois. Au Luxembourg, aucune limite de temps n’avait été adoptée, et le Premier ministre, Xavier Bettel (DP), avait d’ailleurs déclaré attendre une décision de l’Union européenne.

C’est désormais chose faite: la Commission européenne a adopté mardi 21 décembre une période d’acceptation contraignante de neuf mois pour les certificats de vaccination européens, ce qui s’appliquera à partir du 1er février 2022. Ainsi, le certificat de vaccination attestant d’un schéma de vaccination complet est désormais valable durant 270 jours dans l’ensemble de l’UE, que ce soit après une deuxième dose pour les vaccins Pfizer, Moderna ou AstraZeneca ou après une première et unique dose lorsqu’il s’agit de Johnson & Johnson ou du rétablissement d’une personne infectée. Après quoi une dose de booster sera nécessaire.

«Des mesures unilatérales dans les États membres nous ramèneraient à la fragmentation et aux incertitudes que nous avons connues au printemps dernier», a expliqué le commissaire européen chargé de la justice, Didier Reynders. «La période d’acceptation de neuf mois des certificats de vaccination apportera aux citoyens et aux entreprises la certitude dont ils ont besoin pour pouvoir planifier leurs déplacements avec confiance.»

Les États membres ne peuvent pas prévoir une période d’acceptation plus courte ou plus longue, explique la Commission, qui ajoute que la période de validité tient compte des orientations du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), selon lesquelles l’administration d’une dose de rappel est recommandée au plus tard six mois après l’achèvement du schéma de primovaccination. Le certificat reste ainsi valable pendant une période de tolérance de trois mois supplémentaires au-delà de ces six mois, «afin que les campagnes nationales de vaccination puissent être adaptées et que les citoyens puissent avoir accès aux doses de rappel».