PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Chronique des chefs économistes

Trump vs Biden: quel impact pour les marchés boursiers



Ilario Attasi s’attend à une certaine volatilité sur le court terme après l’annonce des résultats du scrutin présidentiel américain. (Photo: Quintet Private Bank)

Ilario Attasi s’attend à une certaine volatilité sur le court terme après l’annonce des résultats du scrutin présidentiel américain. (Photo: Quintet Private Bank)

L’élection du nouveau président des États-Unis est scrutée avec attention par les marchés boursiers. Head of group investment research chez Quintet Private Bank, Ilario Attasi émet ses pronostics sur les mouvements possibles selon que Biden ou Trump soit élu.

D’un point de vue historique, un président américain en exercice a de fortes chances d’être réélu pour un second mandat lorsque son pays n’est pas en récession. Avec l’avènement de la crise du Covid-19 et son impact sur l’économie, l’issue de cette élection semble très incertaine.

Si Donald Trump est réélu, la réaction initiale des marchés serait probablement favorable dans la mesure où il maintiendrait vraisemblablement l’impôt sur les sociétés à un faible niveau et poursuivra, voire allègera, les politiques réglementaires actuelles applicables aux entreprises. Une victoire de Joe Biden, en comparaison, aurait trois conséquences majeures pour les marchés actions.

Biden cherchera à augmenter les impôts et à éliminer les niches fiscales.
Ilario Attasi

Ilario Attasi,  head of group investment research,  Quintet Private Bank

Tout d’abord, Biden cherchera à augmenter les impôts et à éliminer les niches fiscales. Il a évoqué un relèvement du taux d’imposition des sociétés de 21 à 28%, une hausse de l’impôt sur les revenus étrangers de 10,5 à 21% et une augmentation des cotisations sociales pour les hauts revenus (en partie payées par les entreprises). L’ensemble de ces taxes, si elles sont appliquées, devrait réduire le bénéfice par action du S&P500 entre 9 et 12%. Lorsque Trump a appliqué sa réforme fiscale, le S&P500 avait intégré 50% de l’impact sur le bénéfice par action dans les cours boursiers. Dans le cas où Biden viendrait à faire approuver une hausse, il faut s’attendre à la réaction inverse et à un impact négatif d’environ 5%.

Deuxièmement, Biden diffère considérablement de Trump sur la question du changement climatique. Sous la présidence de Biden, il est probable que les États-Unis renoueront avec l’Accord de Paris et qu’ils accélèreront leur programme écologique, entraînant une forte pression à long terme sur les grandes entreprises du secteur des énergies fossiles. Les énergies renouvelables et les véhicules électriques devraient être les vrais gagnants de ce changement de cap.

Troisièmement, la réforme du système de santé étant un élément-clé du programme de Biden, «Medicare for All» raviverait les inquiétudes quant au renforcement des pressions sur les sociétés pharmaceutiques concernant le prix des médicaments.

D’autres points de divergence opposent les deux candidats. Par exemple, Biden est susceptible de réduire les dépenses militaires et d’investir davantage dans l’éducation. En revanche, les deux partis s’accordent sur l’adoption d’une position politique plus ferme à l’égard de la Chine, les électeurs républicains comme démocrates ayant une opinion défavorable de ce pays.

Des conséquences à géométrie variable

Les évaluations actuelles concernant les conséquences potentielles d’une victoire de Biden doivent également être relativisées dans la mesure où les démocrates sont en désaccord sur les détails de la réforme fiscale et du système de santé. Cela signifie que les changements effectifs qu’ils apporteront à la législation s’ils remportent une victoire totale restent incertains. En outre, avec la crise actuelle du Covid-19 en toile de fond, les changements réels de politique devront tenir compte des risques économiques.

L’issue la plus favorable aux marchés serait sans doute celle dans laquelle aucun des deux partis n’obtiendrait un contrôle total, car il est probable que les changements apportés seraient plus limités. Il est difficile de prédire la réaction des marchés boursiers face au résultat des élections américaines et les cours sont susceptibles d’évoluer rapidement lorsqu’il sera annoncé, ce qui laisse présager une certaine volatilité à court terme. À plus long terme, les perspectives économiques et les fondamentaux sous-jacents des entreprises seront probablement des facteurs plus importants pour les marchés que l’issue du scrutin américain.