POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Élection présidentielle américaine

Trump-Biden: la transition est en marche



Le passage de témoin entre l’ancien et le nouveau locataire de la Maison-Blanche s’amorce enfin. (Photo:Shutterstock)

Le passage de témoin entre l’ancien et le nouveau locataire de la Maison-Blanche s’amorce enfin. (Photo:Shutterstock)

Tout en se gardant bien de reconnaître sa défaite, le président américain Donald Trump donne le feu vert pour lancer la transition vers une administration Biden.

Le processus de transition n’a rien de symbolique aux USA: il permet au président nouvellement élu d’avoir les fonds nécessaires au fonctionnement de son équipe et permet à celle-ci de recevoir des informations confidentielles et d’entrer en contact avec les équipes en place dans les différents ministères.

Il dépend de l’Administration des services généraux (la GSA), dont la patronne est très proche du président sortant. Emily Murphy, qui doit agir en toute indépendance, invoquait jusqu’à présent l’incertitude des résultats électoraux pour laisser les choses en l’état.

Les recours en justice introduits par les avocats de Donald Trump étant rejetés les uns après les autres, Donald Trump a «recommandé» par tweet à Emily Murphy de lancer le processus. Ce qu’elle a fait en prenant donc acte «de récents développements impliquant des recours en justice et des certifications de résultats électoraux».

Pour les félicitations au vainqueur, il faudra encore attendre. Pendant ce temps, l’équipe de Joe Biden se dessine.

Dream team démocrate

Au poste-clé de secrétaire d’État aux Affaires étrangères, le nouveau président a choisi Antony Blinken. Issu d’une famille de diplomates et diplomate de métier, c’est un professionnel de la politique étrangère. Le type même de profil que Donald Trump détestait. C’est un francophile adepte du multilatéralisme. Il a été le numéro 2 du département d’État sous Barack Obama.

Autre diplomate adepte du multilatéralisme, John Kerry devrait être le représentant spécial de Joe Biden sur le climat. L’homme qui a signé les accords de Paris en 2015 – et les accords sur le nucléaire iranien également – aura la charge de faire revenir l’Amérique au centre du traitement de la crise climatique.

Au poste de secrétaire du Trésor, c’est une femme qui est pressentie: Janet Yellen, qui fut, de 2014 à 2018, la première femme présidente de la Banque centrale américaine. Elle serait également la première femme à occuper ce poste. Économiste respectée, elle bénéficie du soutien de l’aile gauche du parti démocrate. Son passage à la Fed avait été marqué par des taux historiquement bas et par une nette amélioration du marché de l’emploi.

Autre première, le ministre de la Sécurité intérieure sera un Hispanique. Alejandro Mayorkas est un fils de réfugiés anticastristes. Ancien procureur fédéral, il a dirigé de 2009 à 2013 les services de citoyenneté et d’immigration. Il a ensuite été ministre adjoint du Département de la sécurité intérieure.