POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Capitale Européenne de la Culture

Le tourisme et la mobilité, les autres moteurs d’Esch2022



L’équipe d’Esch2022 travaille main dans la main avec Luxembourg for Tourism, l’office régional du tourisme (ORT) Sud et les communes de ce territoire pour développer une nouvelle offre touristique durable. (Photo:  www.minetttour.lu )

L’équipe d’Esch2022 travaille main dans la main avec Luxembourg for Tourism, l’office régional du tourisme (ORT) Sud et les communes de ce territoire pour développer une nouvelle offre touristique durable. (Photo:  www.minetttour.lu )

Le projet Esch2022 n’est pas qu’une opportunité pour le secteur culturel. Le tourisme et la mobilité vont pouvoir aussi en bénéficier, avec des initiatives qui seront inaugurées pour la Capitale européenne, mais qui deviendront pérennes par la suite et profiteront à la région Sud au-delà de la Capitale européenne de la culture.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, les Capitales européennes de la culture ne concernent pas que le secteur culturel. Ces initiatives sont aussi l’occasion de développer de nouveaux projets durables pour d’autres secteurs, dont le tourisme et la mobilité, qui vont de pair, puisqu’il faut bien arriver et repartir du site, tout comme se rendre d’un point A à un point B. C’est aussi la volonté de l’équipe d’Esch2022, qui a présenté ce jeudi ses projets pour ces deux secteurs.

«Le sud du Luxembourg a beaucoup à offrir, et nous nous sommes rendu compte avec la pandémie de l’importance de la nature, des déplacements en vélo, du plaisir d’être en extérieur, de profiter d’un bon repas au restaurant, d’une visite au musée…», a expliqué Thierry Kruchten, responsable du tourisme pour Esch2022. «Nous pouvons offrir beaucoup dans ce contexte, tout en le conjuguant avec un intérêt pour les technologies et les ressources numériques les plus actuelles.» C’est ainsi que les futurs visiteurs pourront entre autres, participer à une visite en bus de Belval en réalité virtuelle ou découvrir un guide en réalité augmentée pour smartphones.

Un travail en collaboration

À l’instar de ce qui se passe pour les événements, expositions et autres manifestations qui seront inscrites au programme d’Esch2022, les initiatives qui touchent au tourisme et à la mobilité se font en collaboration avec d’autres structures et porteurs de projets locaux. L’équipe d’Esch2022 travaille donc main dans la main avec Luxembourg for Tourism, l’office régional du tourisme (ORT) Sud et les communes de ce territoire pour développer une nouvelle offre touristique durable. «Nous souhaitons construire sur l’existant, tout en proposant de nouvelles offres», assure Thierry Kruchten.

«La nomination au titre de Capitale européenne de la culture est une opportunité de repositionner Luxembourg sur la carte du tourisme international et de donner au pays une nouvelle visibilité», assure Sebastian Redekker, CEO de Luxembourg for Tourism. «5% des visiteurs viennent au Luxembourg pour la culture. Nous y voyons un grand potentiel pour Esch2022, et nos packages sont déjà prêts.»

La technologie au service du patrimoine

Deux projets numériques verront le jour dans le cadre d’Esch2022, en partenariat avec Urban Timetravel, qui a déjà développé des produits touristiques de ce nouveau genre pour la Ville de Luxembourg.

L’Urban Timetravel est une visite en bus qui permet aux participants, équipés d’un casque de réalité virtuelle, de découvrir leur environnement, plongés dans une autre époque. Un projet similaire est déjà développé pour le quartier du Pfaffenthal dans la capitale, et une déclinaison de ce produit sera réalisée pour découvrir le patrimoine industriel de Belval. «Nous travaillons actuellement à mettre en place des synergies entre Luxembourg et Belval à travers les tours virtuels pour développer une offre intégrée», renchérit Corinne Kries, assistante au Tourisme et à la Mobilité pour Esch2022.

En plus de ce projet, les visiteurs pourront télécharger une application de réalité augmentée pour tablettes et smartphones qui leur fera découvrir leur environnement grâce à un guide virtuel . Par l’intermédiaire de la caméra de l’appareil, des objets et bâtiments actuels sont reconnus par l’application, qui fournira alors aux utilisateurs des informations complémentaires sous forme de photos, textes et vidéos. Cette application est également déjà disponible pour la Ville de Luxembourg et sera développée conséquemment dans la région Sud à l’occasion de Esch2022.

Enfin, le caractère participatif est aussi présent dans l’offre touristique, puisque le site internet d’Esch2022 proposera une sorte de blog de voyage enrichi de récits évoquant des lieux connus ou moins connus de la région et rédigé à la fois par l’équipe d’Esch2022 et par les citoyens et visiteurs.

Le patrimoine naturel, un atout de taille

«En plus du patrimoine industriel, le Sud possède un grand atout avec son patrimoine naturel», assure Thierry Kruchten. «La région Sud n’est pas encore reconnue pour cela. Pourtant, il existe des lieux de grande qualité, comme la réserve naturelle Ellergronn ou Haard, à Dudelange. C’est pourquoi nous soutenons, par exemple, le projet du Minett-Trail, qui reliera 11 communes du Sud dans un circuit de 90km.» Tout au long du circuit, les visiteurs pourront découvrir un parcours socioculturel et se reposer dans des gîtes conçus par des architectes et qui ont fait l’objet du plus grand concours d’architecture jamais organisé . «Le Minett-Trail a commencé avec l’envie de revoir le programme des promenades dans la région», explique Lynn Reiter, directrice de l’ORT Sud. «Puis, il a pris une autre dimension avec le programme ‘Man & Biosphere’ de l’Unesco, jusqu’à se concrétiser dans ce projet ambitieux qui perdurera au-delà de 2022.»

Sans devenir une destination de tourisme de masse – et heureusement, car la capacité hôtelière ne le permettrait pas non plus –, le Luxembourg, et plus particulièrement la région Sud, a certainement une nouvelle carte à jouer pour que le tourisme prenne une nouvelle dimension dans cette région et devienne un nouveau moteur économique.