POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Initiative

Soutenir les commerçants de Luxembourg via un bon d’achat



Les commerces seront à nouveau ouverts lundi. Les autorités veulent les soutenir dans le cadre de la reprise de leurs activités. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Les commerces seront à nouveau ouverts lundi. Les autorités veulent les soutenir dans le cadre de la reprise de leurs activités. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

La Ville de Luxembourg continue à nourrir différents projets pour soutenir la reprise d’activité des commerces. Dont celui d’un bon d’achat qu’elle majorera d’un certain pourcentage.

Les commerces préparent leur réouverture. Mais la reprise sera sans doute difficile et lente, tandis que les plaies de deux mois de fermeture mettront du temps à cicatriser. À Luxembourg, les autorités communales investiguent différentes pistes pour les soutenir.

La dernière en date mène à un bon d’achat à valoir dans les magasins. Celui-ci sera proposé via la plate-forme Letzshop. «Nous souhaitons que cela soit possible pour tous les commerces de Luxembourg, pas seulement ceux qui sont membres de Letzshop», explique l’échevin Serge Wilmes (CSV). De plus, le bon d’achat serait majoré par la Ville, cela afin de le rendre plus attrayant. «Nous discutons actuellement du pourcentage possible et du plafond. Mais on s’oriente vers 10% de majoration avec un maximum de 50 euros», poursuit-il.

Concrètement, si vous achetez un bon de 100 euros, sa valeur dans le commerce choisi sera de 110 euros. Une bonne affaire pour vous et pour le commerçant.

L’aide financière directe reste d’actualité

Par ailleurs, l’ idée de développer une véritable vitrine numérique pour tous les commerces reste d’actualité. «Mais nous voulons faire les choses de manière très qualitative. Donc, plutôt que d’aller très vite comme cela était d’abord voulu, on va se laisser quelques semaines pour parfaitement peaufiner ce projet», indique encore Serge Wilmes.

Quant à une aide communale directe aux commerçants locaux , «elle est toujours d’actualité. Nous devons simplement nous assurer de sa parfaite légalité au niveau des modalités. Les discussions se poursuivent avec le ministère des Classes moyennes et le ministère de l’Intérieur.»