POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Analyses du Covid-19

Des prévisions épidémiques un peu plus optimistes



Sur le front de la lutte contre le Covid-19, la situation reste tendue, mais les prévisions de la task force Covid-19 et les résultats de l’étude Coronastep sont plus optimistes. (Photo: Shutterstock)

Sur le front de la lutte contre le Covid-19, la situation reste tendue, mais les prévisions de la task force Covid-19 et les résultats de l’étude Coronastep sont plus optimistes. (Photo: Shutterstock)

La situation laisse toujours planer le risque d’un rebond épidémique, selon la task force Covid-19. Mais celui-ci serait désormais moins fort que prévu initialement, avec 330 cas par jour lors du pic de mai. La présence du Covid dans les eaux usées, toujours forte, est aussi à la baisse.

La situation épidémique est toujours tendue, mais les prévisions de la task force Covid-19 de Research Luxembourg, publiées vendredi 5 mars, se révèlent légèrement plus optimistes que celles des semaines précédentes.

Les variants, désormais présents majoritairement sur le territoire du pays, et le haut plateau du nombre de cas quotidiens (à 170 cas par jour en moyenne mobile sur sept jours le 7 mars) laissent planer le risque d’un rebond épidémique et d’une nouvelle vague.

Mais celle-ci se révèle désormais moins forte que dans les précédentes projections, avec un pic de 330 cas quotidiens en mai. La task force Covid-19 prévoyait, en janvier, jusqu’à 1.300 cas par jour au plus fort du pic en mai, et encore 500 cas par jour la semaine dernière.

Moins d’interactions sociales

À l’origine de ces prévisions plus optimistes, une légère baisse du taux de reproduction (Reff) à 0,94 au jeudi 4 mars, contre 1,05 une semaine avant (quand ce taux est au-dessus de 1, l’épidémie est en expansion, au-dessous de 1, elle est en récession, ndlr). Un nombre total d’infections actives stable, à environ 3.000 cas. Et un nombre de cas de Covid-19 enregistrés quotidiennement stable, et même en légère baisse.

Cette stabilisation, voire légère baisse de certains indicateurs, serait due à une réduction de 8% des interactions sociales effectives, estime la task force. Qui serait elle-même la conséquence d’une population plus prudente, et «peut-être aussi d’un effet décalé de la période de vacances».

En baisse dans les eaux usées

Ces prévisions de la task force vont aussi dans le sens des résultats publiés par l’étude Coronastep. Selon le dernier rapport de cette équipe du List, qui analyse la présence du virus dans les eaux usées luxembourgeoises, la tendance, comme lors des deux semaines précédentes, serait à la baisse concernant la semaine du 1er au 7 mars.

La présence du virus reste forte, précise le rapport. Mais l’étude Coronastep est toujours parvenue, depuis le début de la pandémie, à prévoir avec fiabilité la dynamique de l’épidémie.

De quoi expliquer les récentes décisions du gouvernement de maintenir les mesures anti-Covid sans les renforcer . Voire même d’envisager une possible réouverture de l’horeca début avril, si la situation épidémique reste stable.