LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Mobilité

mobilité transfrontalière

P+R à Sterpenich: un projet pilote va être proposé



Un P+R à Sterpenich ne demanderait que très peu de travaux avant d’être opérationnel. (Photo: Shutterstock)

Un P+R à Sterpenich ne demanderait que très peu de travaux avant d’être opérationnel. (Photo: Shutterstock)

Alors que le P+R en gare de Viville-Arlon ne verra pas le jour avant de nombreuses années, deux élus belges suggèrent d’en installer un sur l’aire d’autoroute de Sterpenich et d’en faire un projet pilote. 

Les travailleurs frontaliers belges vont-ils bénéficier sous peu d’un P+R sur l’aire d’autoroute de Sterpenich? L’idée fait en tout cas son chemin et bénéficie d’un soutien de plus en plus large.

Voici quelques mois, le député fédéral libéral Benoît Piedboeuf confiait à Paperjam avoir trouvé un accord pour que le parking de Sterpenich, situé juste avant la frontière luxembourgeoise le long de la E411, bénéficie d’une liaison par bus vers la gare de Kleinbettingen. Deux autres membres du MR, les députés régionaux Anne Laffut et Yves Evrard, ont décidé de faire avancer ce dossier. Qu’ils estiment urgent, puisque le très attendu P+R en gare de Viville-Arlon est lié aux travaux de la ligne ferroviaire 162. L’horizon ne pourrait se dégager, le concernant, qu’en 2026 au plus tôt.

L’infrastructure est déjà là

En attendant, Sterpenich apparaît comme une excellente alternative. «L’intérêt est que les aménagements lourds sont déjà effectués», notent les deux députés. Ce qu’il reste à faire serait léger et peu coûteux: améliorer et étendre les aires de stationnement, rendre possible une cohabitation avec les poids lourds, négocier avec les transports en commun luxembourgeois pour une desserte encore plus efficace avec Kleinbettingen.

Les avantages vaudraient bien ce prix minime. Cela encouragerait au covoiturage et à l’utilisation de la bande ajoutée le long de l’autoroute et dédiée à cela, mais dont le succès est actuellement très mitigé . «Cela permettrait aussi à de nombreux frontaliers de prendre le train à Kleinbettingen, et cela gratuitement», relèvent encore Yves Evrard et Anne Laffut.

Tous deux comptent défendre le dossier au sein de la commission Benelux mobilité et finances, présidée par Gusty Graas  (DP). L’ambition est d’en faire un projet pilote, dont ils semblent déjà certains du succès. Ce sera surtout au ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry (Ecolo), de donner l’impulsion décisive.