POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

dialogue social

Pas de tripartite, mais des bipartites mercredi



Xavier Bettel a lancé pour mercredi prochain de nouvelles invitations aux partenaires sociaux. (Photo: Archives Maison Moderne)

Xavier Bettel a lancé pour mercredi prochain de nouvelles invitations aux partenaires sociaux. (Photo: Archives Maison Moderne)

Les syndicats et le patronat sont invités, mercredi, au château de Senningen pour y rencontrer des membres du gouvernement. Mais une tripartite n’est pas encore à l’ordre du jour.

Le Premier ministre Xavier Bettel (DP) avait indiqué, le 19 mai, aux syndicats et au patronat qu’une nouvelle rencontre aurait lieu le 10 juin. Chose promise, chose due… ce sera bien le cas, et les invitations viennent d’être reçues par les interlocuteurs sociaux.

«Mais il ne s’agira pas d’une tripartite classique», souligne Nora Back , présidente de l’OGBL et de la Chambre des salariés. «Nous serons à nouveau dans un modèle de bipartite.» Le Premier ministre avait en effet prévenu qu’une tripartite «ne pourrait être envisagée que si le niveau de la récession était mieux connu».  Ce qui ne sera pas encore le cas.

Une déception pour les syndicats, OGBL, CGFP et LCGB s’y présentant ensemble. «Pour nous, en effet, c’était le bon moment pour une tripartite. Nous aurions aimé évoquer dans cette formule le chômage partiel, le plan Neistart Lëtzebuerg… Car nous avons des demandes précises et des idées à faire valoir. Nous les détaillerons lundi, lors d’une conférence de presse», poursuit Nora Back.

L’UEL a confirmé à Paperjam être aussi invitée mercredi, sans révéler encore les messages que le patronat compte faire passer au gouvernement.