POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Pandémie

Pas de nouveau moratoire envisagé sur les crédits bancaires



Il n’est pas question, pour le moment, de poursuivre les discussions avec les acteurs bancaires de la place financière pour un nouveau moratoire sur les crédits, a répondu le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), à une question parlementaire.  (Photo: Mike Zenari/archives)

Il n’est pas question, pour le moment, de poursuivre les discussions avec les acteurs bancaires de la place financière pour un nouveau moratoire sur les crédits, a répondu le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), à une question parlementaire.  (Photo: Mike Zenari/archives)

Lors du premier confinement en 2020, les principales banques du pays avaient accordé un moratoire temporaire sur leur remboursement de crédit aux PME, indépendants et à certains particuliers. Même si la crise s’éternise, il n’est pas prévu de réactiver une telle mesure. 

Le moratoire sur leur remboursement de crédit fut une réelle bouffée d’oxygène pour des indépendants et des PME, et même certains particuliers, au cours du premier confinement, en 2020. Le but étant de leur permettre de «redémarrer leur activité crescendo sur des bases économiques saines dès la fin de la crise».

La mesure a eu du succès puisque «les établissements de crédit luxembourgeois ont accordé un moratoire pouvant aller jusqu’à 6 mois de report d’échéances sur quelque 18.000 crédits», révèle le député LSAP Mars Di Bartolomeo dans une question parlementaire posée avec son collègue Claude Haagen (LSAP). Ceux-ci ont notamment voulu connaître l’impact de la crise sanitaire sur les délais de remboursement des crédits, d’autant que les moratoires accordés ont disparu dans le courant de l’année 2020.

Des retards à hauteur de 1,5% des encours

Dans sa réponse, le ministre des Finances,  Pierre Gramegna (DP), indique que «le ratio des prêts aux particuliers présentant un retard de paiement se situait, fin mars 2021, pour les banques luxembourgeoises actives sur le marché domestique, à 1,5% de leur encours. Tout comme pour les prêts présentant un retard de paiement, le niveau des encours de crédits faisant l’objet d’une restructuration est également resté relativement stable depuis septembre 2020.»

Le ministre ne peut évidemment donner de renseignements sur la manière dont les demandes de moratoire sont actuellement traitées. Cela «relève de la politique commerciale de chacune des banques concernées».

En tout cas, il n’est actuellement pas envisagé de réintroduire un moratoire qui concernerait l’ensemble des établissements de la Place, cela «au regard de l’ampleur de la reprise économique d’une part, et de la reconduction des aides directes pour soutenir les secteurs économiques les plus touchés par la crise sanitaire d’autre part». D’ailleurs, conclut Pierre Gramegna, «l’Autorité bancaire européenne ne prévoit dorénavant plus l’application d’un régime prudentiel préférentiel pour les moratoires liés à la crise de Covid-19».