COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Digest

Paperjam Express: ce qu’il faut retenir ce mercredi



Paperjam Express, c’est une sélection des informations à absolument retenir de cette journée.  (Photo: Maison Moderne)

Paperjam Express, c’est une sélection des informations à absolument retenir de cette journée.  (Photo: Maison Moderne)

Chaque jour, Paperjam vous propose une sélection des informations les plus importantes et pertinentes de la journée, déclinées sous forme de résumés. À lire, mais aussi à écouter, et à approfondir sur le site paperjam.lu.

Démission surprise de Martine Lamesch du Conseil d’État

Martine Lamesch, avocate à la Cour, était membre du Conseil d’État depuis le mois de mai 2018. Contre toute attente, elle mettra un terme à son mandat le 31 décembre prochain. Les raisons de ce départ n’ont pas été précisées.

Ce sera au CSV de proposer une personne pour remplacer celle qui avait été élue en tant qu’indépendante, au nez et à la barbe de Joëlle Christen, proposée par déi Gréng pour succéder à Sam Tanson.

On notera que le 31 décembre toujours, le mandat de Marc Schaefer arrivera aussi à son terme. Ce sera au LSAP de pourvoir à son remplacement.

Un budget de l’État 2022 qui manque d’ambition, pour la CSL

À son tour, la CSL a fait part de ses observations quant au budget 2022 de l’État. Un avis argumenté de 113 pages qui pointe un manque d’ambition, ou un manque de transparence. «Si la lutte contre les inégalités, les défis de la numérisation, la crise du logement et la transition écologique sont des priorités affichées par le gouvernement dans ce budget, il paraît évident que des moyens budgétaires doivent y être alloués, mais ce n’est pas ce que l’on peut voir dans ce budget 2022. Ou, au pire, cela manque de transparence», assure  Nora Back, qui préside la CSL.

Pourtant, les moyens sont là, toujours selon la CSL. Le Luxembourg a eu une des meilleures croissances européennes en 2020 et affiche des prévisions de la croissance du PIB proches des 4% en 2022. Même tendance sur le front de l’emploi, où le Luxembourg, comparé à ses voisins, a réussi à garder un certain dynamisme malgré la pandémie. Tout comme les finances publiques, qui sont structurellement saines même si elles ont été fortement impactées par la crise.

Les transporteurs réclament aussi le gel de la taxe CO2

Le Groupement des entrepreneurs de transports se joint à la demande déjà formulée par  l’Automobile Club Luxembourg (ACL)  et  l’Union luxembourgeoise des consommateurs (ULC) : le gel de la taxe CO2

Depuis le 1er janvier, chaque tonne de CO2 est taxée à hauteur de 20 euros. Une taxe qui augmentera de 5 euros en début 2022, puis encore du même montant le 1er janvier 2023.

Le Groupement, qui compte 200 membres pour un secteur qui emploie 8.000 personnes, juge cette taxe inefficace sur son secteur, puisque «faute d’alternative, les poids lourds continuent à rouler au diesel», et ne diminuent donc pas leurs émissions de CO2.  Demande est faite, à la place de la taxation, d’une stratégie concrète pour décarboniser le transport routier. «Le diesel représente un tiers des frais totaux des transporteurs», ajoute le Groupement des entrepreneurs de transports. «La hausse des prix des carburants se ressent non seulement à la pompe, par une réduction des marges bénéficiaires des transporteurs, mais aussi par une augmentation générale des prix des biens et services payés par les consommateurs.» Le secteur souffre aussi de l’inflation provoquée par des pénuries de marchandises et de matières premières, et du manque de chauffeurs «de plus en plus marqué».

Une accumulation qui fait qu’il serait «complètement irresponsable de jeter de l’huile sur le feu en appliquant une nouvelle tranche de la taxe CO2 à partir du 1er janvier 2022», conclut le Groupement.

Mais aussi…

Le hors-série Paperjam Architecture + Real Estate disponible ce 18 novembre

Toujours très attendu, le hors-série Paperjam Architecture + Real Estate de Céline Coubray sera disponible à partir de ce 18 novembre, au prix de 10 euros. Présentant plus de 80 projets sélectionnés, il recense «le meilleur de l’architecture contemporaine au Grand-Duché».

Il sera disponible en kiosques, mais aussi via l’e-shop de Maison Moderne.