POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Carburants

La taxe CO2 dans le viseur de l’ACL et de l’ULC



Mécaniquement, l’augmentation de 5 euros de la taxe CO2 fera grimper les prix des carburants d’environ 1,5 centime dès le 1er janvier prochain.  (Photo: Shutterstock)

Mécaniquement, l’augmentation de 5 euros de la taxe CO2 fera grimper les prix des carburants d’environ 1,5 centime dès le 1er janvier prochain.  (Photo: Shutterstock)

Après l’ACL, c’est l’ULC qui demande le gel de la taxe sur le CO2 pour limiter la hausse des prix de l’énergie. D’autant plus qu’elle doit augmenter de 5 euros au 1er janvier prochain. 

Dès le 1er janvier prochain, la taxe sur chaque tonne de CO2 émise sera de 25 euros, avant de passer à 30 euros en janvier 2023. Une taxe que l’Automobile Club du Luxembourg (ACL) et l’Union luxembourgeoise des consommateurs (ULC) veulent voir geler temporairement pour limiter les conséquences de la hausse des prix de l’énergie du moment .

Au début du mois, l’ACL avait plaidé pour moins de taxes à la pompe , tout en pointant du doigt l’introduction de la taxe CO2 en début d’année. En effet, depuis le 1er janvier dernier, chaque tonne de CO2 émise est taxée à hauteur de 20 euros. Une taxe qui avait fait grimper les prix à la pompe d’un peu plus de 5 centimes par litre de carburant et même de 6,9 centimes pour le mazout.

La prochaine augmentation, en janvier, devrait avoir le même effet. D’après les premières estimations, la taxe CO2 augmentée de 5 euros fera grimper le prix des carburants d’environ 1,5 centime par litre.

Une augmentation qui n’est pas du goût de l’ACL et de l’ULC, qui ont rappelé que le prix de l’essence au Luxembourg a connu «une augmentation annuelle de 31%, la plus élevée d’Europe». L’association ayant pour but la défense des consommateurs «a appelé le gouvernement à envisager sérieusement un gel des prix de l’énergie, comme cela a été fait par exemple dans notre pays voisin, la France, pour les prix du gaz».

Un peu plus tôt dans l’année, l’ULC avait déjà demandé au gouvernement de fournir une aide financière ciblée aux ménages à faible revenu pour les aider à payer leurs factures d’énergie face à l’augmentation constante des coûts énergétiques.

De son côté, Xavier Bettel  (DP) a annoncé, à l’occasion de son discours sur l’état de la Nation , une augmentation de 200 euros de l’allocation vie chère, qui vient s’ajouter à la hausse de 10% de cette allocation déjà décidée plus tôt. Seul bémol, cette aide pour les ménages les plus fragiles n’entrera en vigueur qu’à partir du 1er janvier 2022.

Un bilan à faire sur l’année 2021

L’année dernière, deux mois avant l’entrée en vigueur de la taxe CO2 à hauteur de 20 euros, le Statec avait estimé que cette taxe allait permettre une baisse de la consommation de carburants de 8% en 2021 , et de 15% à l’horizon 2023. Cette taxe CO2 devrait, d’un autre côté, induire une diminution de 6% des émissions de gaz à effet de serre dès 2021, et de 11% à l’horizon 2023.

Toujours selon les estimations du Statec, la taxe devait également faire entrer 140 millions d’euros dans les caisses de l’État. Pour autant, cette recette devait compenser la baisse globale des volumes de produits pétroliers, la baisse des volumes de tabac et le coût des mesures de compensation sociale.

L’année n’étant pas encore terminée, il est pour le moment encore difficile de savoir si cette taxe a pu faire baisser les émissions de CO2 du Luxembourg. Tout comme il est encore difficile de savoir si, comme expliqué il y a un an par le Statec, cette taxe a un effet neutre sur les finances de l’État.

Pour les ménages, cette nouvelle taxe est assortie d’un supplément de crédit d’impôt, notamment pour les ménages les plus modestes afin de neutraliser ou rendre progressive l’incidence fiscale de cette taxe afin de rendre l’impact plus important pour un ménage avec un niveau de vie plus élevé.

Là encore, il faudra patienter encore quelques semaines pour tirer un premier bilan sur les différents effets de cette taxe.