POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Covid-19

Où en est la vaccination des frontaliers?



En Rhénanie-Palatinat, plus de 107.000 personnes avaient été vaccinées en milieu de semaine.  (Photo : SIP/Emmanuel Claude)

En Rhénanie-Palatinat, plus de 107.000 personnes avaient été vaccinées en milieu de semaine.  (Photo : SIP/Emmanuel Claude)

Les travailleurs frontaliers seront-ils invités à se faire vacciner au Luxembourg? Où en est-on en matière de vaccination, chez nos voisins? Nous avons tenté de répondre à ces deux questions.

Luxembourg

Le 4 décembre dernier, lorsque Xavier Bettel (DP) et Paulette Lenert  (LSAP) avaient déterminé, lors d’une conférence de presse, les grandes lignes de la stratégie de vaccination, certains avaient entendu, dans les paroles du Premier ministre, une invitation pour tous les travailleurs frontaliers à venir se faire vacciner au Luxembourg. Or, lorsqu’on réécoute attentivement ce discours, il apparaît plutôt que c’est bien «au niveau du personnel soignant qu’aucune différence entre résidents et non-résidents ne doit être faite».

Quel sort sera dès lors réservé aux frontaliers dans la suite du plan de vaccination? Impossible à dire, pour l’heure. Rien n’est encore défini au niveau gouvernemental. «Le déploiement futur ne sera communiqué que lorsque la Commission nationale d’éthique aura rendu son avis concernant celui-ci et que le conseil de gouvernement l’aura approuvé», explique-t-on ainsi au ministère de la Santé.

Belgique

La vaccination a débuté en janvier chez nos voisins belges par les maisons de repos. Une étape qui était en voie de finalisation en fin de semaine, dans la région proche du Luxembourg. Et ce vendredi 22 janvier débutait la vaccination du personnel soignant des hôpitaux de la province de Luxembourg. Concernant la suite et le timing pour le reste de la population, cela reste plus flou. On évoque le mois d’avril pour les plus de 65 ans et les plus de 45 ans «à risques», mais sans certitude.

Une carte de la disposition possible des futurs centres de vaccination a été publiée cette semaine. Et la région frontalière avec le Luxembourg n’a pas vraiment été gâtée. Ainsi, des villes comme Arlon ou Virton se trouvent à plus d’une heure du principal centre de vaccination le plus proche (situé à Marche). Quatre autres antennes, mais de bien moindre importance, situées à Arlon, Meix-devant-Virton, Libramont et Houffalize, sont également prévues, tout comme sept «centres mobiles» qui sillonneront les routes de la province de Luxembourg.

Reste à voir si cette répartition, donnée à titre indicatif, sera bien conservée dans le plan d’action final. Car elle a provoqué des réactions sur le plan politique, certains s’inquiétant de voir le sud-Luxembourg ainsi un peu délaissé. Et ça, même si cette carte a été réalisée, selon les dires du cabinet de la ministre wallonne de la Santé, en tenant compte de la concentration de population et de la nécessité de chacun de pouvoir trouver un centre à 20 minutes de chez lui.

France

En Moselle, c’est le CHR (et ses deux sites de Metz et Thionville) qui chapeaute la vaccination. Pour l’heure, cinq centres de vaccination sont ouverts: l’hôpital de Mercy, la maison médicale de l’hôpital miliaire Legouest et l’hôpital-clinique Claude Bernard sur Metz; l’hôpital Bel-Air et la clinique Notre-Dame sur Thionville. Dans le département voisin de la Meurthe-et-Moselle, seul le centre hospitalier Hôtel Dieu à Mont-Saint-Martin vaccine aujourd’hui, en attendant que le centre hospitalier de Briey puisse le faire aussi.

À noter aussi que les maires de villes comme Hayange, Florange, Longwy ou Jœuf ont fait la demande de pouvoir ouvrir des centres communaux (ou intercommunaux) de vaccination, mais que l’Agence régionale de santé a refusé.

Depuis le 4 janvier, on a commencé à vacciner le personnel soignant et les Ehpad. Avant d’enchaîner, le lundi 18 janvier, avec l’accueil des plus de 75 ans et des personnes âgées de 50 à 75 ans souffrant de comorbidités. Pour le reste de la population, il n’y a pas encore de plan clairement établi.

Allemagne

Ce sont les différents lands qui sont à la manœuvre pour la vaccination. Soit la Sarre et la Rhénanie-Palatinat le long de la frontière luxembourgo-allemande. La première compte trois centres de vaccination (Sarrebruck, Sarrelouis et Neunkirchen), la deuxième… 31, afin de couvrir ses 20.000km2 et 4 millions d’habitants.

En milieu de semaine, on dénombrait plus de 18.000 vaccinés dans la Sarre. Tandis qu’en Rhénanie-Palatinat, on en était déjà à près de 107.000 vaccinations, dont 2.362 personnes ayant déjà reçu les deux doses du vaccin. Ce qui correspond à un taux de vaccination de 2,6% de la population. Soit le deuxième meilleur du pays.

Cependant, malgré ces bons chiffres, la situation ne se passe pas complètement comme les autorités le souhaiteraient. Et ce, en raison de la difficulté des fournisseurs à tenir leurs engagements au niveau des livraisons des vaccins. Des difficultés rencontrées aussi ailleurs en Europe, mais qui ont provoqué le report de dizaines de milliers de rendez-vous.