POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Santé publique

11 cas de Covid-19 au lycée depuis la reprise



Neuf élèves et deux enseignants ont été testés positifs dans des établissements de l’enseignement secondaire depuis le 4 mai. (Photo: Shutterstock)

Neuf élèves et deux enseignants ont été testés positifs dans des établissements de l’enseignement secondaire depuis le 4 mai. (Photo: Shutterstock)

Neuf élèves et deux enseignants ont été testés positifs au coronavirus depuis la reprise des cours le 4 mai dans l’enseignement secondaire. Dernièrement, trois ont été infectés dans la même classe, même si le gouvernement ne parle pas de cluster.

La reprise des cours va-t-elle déboucher sur de nouveaux clusters? La question peut se poser à mesure que le scénario d’une nouvelle vague se dessine. Il a été évoqué ce matin sur RTL Radio Lëtzebuerg par la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP). 

Mme Lenert parle d’une situation préoccupante et de nouveaux cas qui émaneraient de fêtes organisées en privé. Un point sur le sujet sera fait mercredi.

Dans le même temps, une réponse parlementaire du ministre de l’Éducation nationale Claude Meisch  (DP) a été diffusée ce lundi au sujet de la potentielle hausse des infections en milieu scolaire depuis la rentrée suivant le confinement.

M. Meisch admet que, «depuis la reprise progressive des activités dans le domaine de l’enseignement secondaire à partir du 4 mai 2020, 11 personnes, soit neuf élèves et deux enseignants, ont été testées positives au Covid-19». La question parlementaire a été posée le 24 juin par les députés Martine Hansen (CSV) et Georges Mischo (CSV).

Trois cas récents dans une même classe

Les derniers cas se seraient produit «récemment dans un lycée de la capitale», dit-il, sans donner plus de précisions. Ils concernent trois élèves d’une même classe. «Les souches virales sont encore en cours d’analyse. Il s’agit seulement du deuxième cas impliquant plus d’un élève d’une même classe, sans qu’il soit possible de conclure à une contamination intra-classe. Il apparaît donc que l’école ne constitue pas un foyer de contagion dans notre société.»

Ces cas ne remettent pas en cause l’ouverture des établissements scolaires. Le ministre indique qu’en cas de résultat positif, la personne est «isolée par la Direction de la santé, qui effectue ensuite un retraçage des contacts».

Les personnes avec qui elle a eu un contact étroit sont alors placées en quarantaine: «Elles sont isolées pendant la durée d’une semaine et testées au Covid-19 à l’issue du cinquième jour. En cas de résultat négatif, elles peuvent retourner à l’école à l’issue du septième jour; si le résultat est positif, la mesure d’isolement se poursuit», précise Claude Meisch. «Quant aux personnes dont le contact n’est pas considéré comme étroit, elles peuvent continuer à fréquenter les cours ou à se rendre à leur lieu de travail, mais sont tenues à une autosurveillance. Elles se voient proposer un test, qui n’est toutefois pas obligatoire.»

Il n’est pas prévu de tester l’ensemble des élèves et du personnel d’un lycée en cas de détection d’une infection.

Ces nouveaux cas apparaissent après un rebond inquiétant du nombre d’infections au cours du week-end dernier.