LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Bien-être & Sport

La course d’une vie

Olivier Blanc repart pour la Diagonale des fous



Olivier Blanc, COO de Société Générale Luxembourg, après le passage de la ligne d’arrivée du Grand Raid de La Réunion, en 2017. (Photo: DR)

Olivier Blanc, COO de Société Générale Luxembourg, après le passage de la ligne d’arrivée du Grand Raid de La Réunion, en 2017. (Photo: DR)

En octobre prochain, Olivier Blanc, COO de Société Générale Luxembourg, retournera sur l’île de La Réunion où il participera à la Diagonale des fous, l’épreuve reine du Grand Raid de La Réunion. Une course de l’extrême qu’il a déjà inscrite à son palmarès en 2017.

Si, en passant dans le Grund, en contrebas de la capitale, vous croisez un runner qui en descend les pentes pour les remonter aussitôt, il s’agit peut-être d’Olivier Blanc. Le COO de Société Générale (56 ans) se prépare en effet pour la Diagonale des fous, le Grand Raid de La Réunion qui se déroulera en octobre prochain sur l’île de l’océan Indien.

Ce ne sera pas une première. En 2017, il a déjà testé cette aventure, considérée comme un des trails les plus difficiles au monde avec ses 166 kilomètres et son dénivelé positif de 9.600 mètres. «C’est une course qui marque les esprits», explique-t-il.

Il en a retenu les vues incroyables en traversant l’île, le parcours terriblement accidenté, mais aussi le partage avec les Réunionnais participant à l’épreuve et ceux qui se massent le long du parcours. «Toute l’île vit au rythme du Grand Raid», se remémore-t-il. «Les gens vous encouragent, mais vous proposent aussi de l’aide ou à manger. Il existe vraiment une grande solidarité.»

Les gens vous encouragent, mais vous proposent aussi de l’aide ou à manger. Il existe vraiment une grande solidarité.

Olivier Blanc,  COO,  Société Générale Luxembourg

Après avoir fini l’épreuve en solitaire en 59 heures, il a choisi cette année de la tenter dans une équipe de quatre relayeurs. Ils devront se partager un parcours un peu plus long (185 km), en ajoutant une boucle par le piton de la Fournaise pour un dénivelé positif total de 13.500 mètres.

Au Luxembourg depuis deux ans, ce cadre du groupe bancaire français explique avoir trouvé un très bon terrain d’entraînement dans le Grund pour se préparer au dénivelé. Mais ce n’est pas non plus une nouveauté pour lui, puisqu’il a déjà couru à deux reprises l’Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB) (170km/10.000m de dénivelé).

Olivier Blanc a pris goût aux ultra-trails sur les chemins du Mont-Blanc. (Photo: DR)

Olivier Blanc a pris goût aux ultra-trails sur les chemins du Mont-Blanc. (Photo: DR)

Sportif depuis toujours (rugby et natation), Olivier Blanc s’est lancé dans le triathlon à la quarantaine. Et comme il en veut toujours plus, il a atteint l’objectif de deux Ironman (Brésil et Hawaï) au cours de l’année 2006.

«C’est aussi l’année où je suis revenu en France après sept années à New York et l’entraînement au triathlon est devenu plus compliqué», raconte-t-il. «Peu à peu, j’ai donc glissé uniquement vers la pratique de la course à pied.»

D’abord sur route, avec à son palmarès une vingtaine de marathons dans des temps se situant entre 3h15 et 3h30, avant de goûter aussi aux plaisirs du trail. «Ça permet d’oublier la contrainte du chrono et de mieux profiter de la course.»

En équipe pour l’association Imagine for Margo

Mais sur sentiers comme sur route, il s’est mis à augmenter les distances et les difficultés. Pour franchir la barre de l’ultra-trail (80km) au début de la décennie 2010, déjà sur les routes du Mont-Blanc. «Le souvenir de ce premier week-end de course à Chamonix sur la TDS (120km) est resté exceptionnel.»

Dans ces courses de l’extrême, Olivier Blanc apporte toujours une importante note caritative. Il a lancé l’association Imagine for Margo , en 2011, suite au décès de sa propre fille, pour apporter des fonds dans la lutte contre le cancer des enfants. «Lors de la Diagonale des fous, en octobre prochain, notre objectif sera de nous transmettre le fanion de l’association et de l’amener sur la ligne d’arrivée, à Saint-Denis», explique le runner de l’extrême.

 Olivier Blanc court pour l’association Imagine for Margo destinée à financer la recherche contre le cancer chez l’enfant. (Photo: DR)

 Olivier Blanc court pour l’association Imagine for Margo destinée à financer la recherche contre le cancer chez l’enfant. (Photo: DR)

Imagine for Margo est d’ailleurs en relation étroite avec la Fondatioun Kriibskrank Kanner , qui organise la course solidaire Lëtz Go Gold au Luxembourg, et dont l’idée lui a été soufflée par l’association française. 

Cet article est issu de la newsletter Paperjam Running, le rendez-vous mensuel pour suivre l’actualité du running au Luxembourg.  Vous pouvez vous abonner en suivant ce lien.