ENTREPRISES & STRATÉGIES — Architecture + Real Estate

Trois questions à Shahram Agaajani

«Notre volonté est d’apporter un regard différent sur ce pavillon»



Shahram Agaajani explique pourquoi il a fait réaliser un clip pour promouvoir le pavillon luxembourgeois à Dubaï. (Photo: Maison Moderne/archives)

Shahram Agaajani explique pourquoi il a fait réaliser un clip pour promouvoir le pavillon luxembourgeois à Dubaï. (Photo: Maison Moderne/archives)

Suite à la diffusion de la vidéo «Lët’z make that hit happen » qui promeut le pavillon luxembourgeois à l’Exposition universelle de Dubaï et conçue par le bureau d’architectes Metaform, nous avons posé trois questions à Shahram Agaajani, le fondateur du bureau, sur les raisons qui ont motivé cette création.

Pouvez-vous nous dire ce qui vous a motivé à réaliser la vidéo «Lët’z make that hit happen»?

Shahram Agaajani . – «Après l’année de report à cause de la pandémie, le 1er octobre 2021 était le jour du vernissage de l’Exposition universelle de Dubaï. Alors que tous les pays y étaient présents avec leurs représentants et architectes respectifs, nous n’avons pas été invités au vernissage de notre pavillon et déplorons le fait que Metaform n’a pas été sollicité ou mentionné dans les communications successives qui ont précédé ou suivi le vernissage. Il est regrettable de constater qu’à ce niveau de visibilité à l’internationale, toute la communication est réalisée de manière isolée, sans prendre en compte les synergies et complémentarités que l’on observe généralement en impliquant tous les acteurs, y compris, et surtout, les architectes.

Le résultat d’une telle approche tend vers une communication unilatérale et ennuyeuse, qui aura la particularité de rester extrêmement sélective et qui ne touche qu’une petite catégorie de personnes. Notre volonté ici est d’apporter un regard différent sur ce pavillon, de toucher d’autres publics et surtout les jeunes, avec un regard ludique et décalé.

Pourquoi avoir choisi la forme d’un clip de rap?

«Le mot ‘rap’ provient entre autres de l’anglais ‘to rap’, un verbe signifiant bavarder, blâmer, baratiner. Une sorte de réaction musicale aux frustrations et problèmes sociétaux. C’est, quelque part, notre réponse aux soucis rencontrés tout au long du développement de ce projet, exprimée ici de façon fair-play et humoristique.

Quel a été l’apport de Yo Studio dans cette démarche?

«Étienne Duval, qui dirige Yo Studio, est un architecte talentueux. Chaque passion a besoin d’être valorisée et alimentée par de nouveaux défis et expériences. Sans cela, elle peut très vite se traduire par des frustrations et le rejet de notre métier.

Lors d’une réunion avec Étienne, je me suis rendu compte de son énorme potentiel et lui ai demandé de travailler avec l’équipe du pavillon afin de le représenter à sa manière.

Il a eu carte blanche pour la création de la vidéo du pavillon et j’en suis fier!»