POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

Rebondissement en France

Landsbanki: Yvette Hamilius témoin assisté



Cela se complique encore pour Yvette Hamilius dans le dossier Landsbanki. ( Photo : Jessica Theis / archives )

Cela se complique encore pour Yvette Hamilius dans le dossier Landsbanki. ( Photo : Jessica Theis / archives )

Le juge d’instruction français Renaud van Ruymbeke a bouclé son enquête pour escroquerie présumée de la banque Landsbanki Luxembourg. Il a procédé à 10 inculpations et placé trois personnes comme témoins assistés, dont l’avocate Yvette Hamilius, liquidatrice de la banque.

Neuf personnes physiques, pour l’essentiel d’anciens cadres et apporteurs d’affaires de Landsbanki Luxembourg et la banque elle-même, sont désormais mises en examen à Paris pour escroquerie par le juge d’instruction Renaud van Ruymbeke. Le magistrat a délivré lundi 22 septembre un «avis à partie» pour leur signifier que son enquête était terminée.

«L’information me paraît terminée (et) l’ordonnance de règlement pourra être rendue (…) au regard des réquisitions du ministère public et les observations qui m’auront été adressées», écrit Renaud van Ruymbeke dans un «avis à partie» daté du 22 septembre dernier dont Paperjam.lu a pris connaissance.

La deuxième fortune islandaise mise en cause

C’est donc la fin d’une enquête qui avait été ouverte en 2009 où le juge d’instruction n’a pas hésité à aller tout en haut de l’organigramme de la banque islandaise puisque le dixième inculpé n’est autre que Bjorgolfur Gudmundsson, présenté comme la deuxième fortune d’Islande et dont le nom, avant la faillite de la banque en 2008, figurait sur la liste des fortunes de Forbes. Il fut aussi le patron du club de football anglais West Ham United.


Le magistrat français a donc élargi sa liste des mises en examen à neuf personnes physiques (en plus de la banque, personne morale, donc). Six sont venues s’ajouter aux quatre premières inculpations remontant à 2011 et janvier 2014.

La banque luxembourgeoise avait été la première «victime» du juge d’instruction qui l’avait mise en examen en 2011 pour escroquerie et défaut d’agrément. Le juge l'avait placée sous contrôle judiciaire avec obligation de verser une caution de 50 millions d'euros, un montant record en France.

La liste des mis en examens

Voici les noms dans l’ordre de passage des neuf personnes mises en examen: Vincent Failly, banquier; Morton Juul Nielsen, conseiller financier; Olle Lindsfors, cadre de banque résidant à Luxembourg; Torben Bjerregaard Jensen, conseiller en investissement; Thomas Nielsen, employé de banque; Pascal Marcerou, gérant d’hôtel; Gunner Thoroddsen, avocat; Robert Anthony, conseiller financier  et Bjorgolfur Gudmundsson.

Le juge d’instruction a également indiqué dans son avis adressé aux 96 parties civiles, victimes de la faillite de la banque en 2008, avoir placé trois personnes comme témoins assistés, ce qui représente un statut intermédiaire entre celui de mis en examen et celui du simple témoin.

Deux notaires, une avocate, témoins assistés

Il s’agit de deux notaires français Renaud Aral et Jean-Jacques Hermant et de l’avocate luxembourgeoise, liquidatrice de Landsbanki, Me Yvette Hamilius.

Une information judiciaire sur des prêts hypothécaires accordés avant la crise financière islandaise de 2008 avait été ouverte en 2009 en France, après des plaintes de particuliers victimes de ce produit financier controversé, parmi lesquels le chanteur Enrico Macias.

En manque de liquidités, la Landsbanki avait proposé, via sa filiale au Luxembourg de 2006 à 2008, à des particuliers d'hypothéquer leur maison en contrepartie de prêts avantageux. Le montage impliquait que l'emprunteur reçoive une partie de la somme en liquide, tandis que la banque réinvestissait le reste sur les marchés. La valeur de ce portefeuille devait grossir au point de couvrir l'intégralité de l'emprunt, qui n'était remboursable qu'à son terme.

La faillite de la banque en 2008 a fait s’effondrer le complexe mécano, poussant la liquidatrice à réclamer le remboursement des sommes prêtées.

En juillet dernier, à la suite d’une plainte d’un collectif de victimes de la banque, la chambre du conseil de la Cour d’appel s’est prononcée contre un non-lieu et demande l’ouverture d’une enquête pour blanchiment, faux bilans et association de malfaiteurs, visant entre autres la liquidatrice de Landsbanki Luxembourg ainsi que les anciens dirigeants de la banque.