ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Sidérurgie en Italie

ArcelorMittal décroche un accord pour Ilva



ilva.jpg

Environ 2.500 salariés, qui resteront sous le giron d’Ilva, évolueront sur des travaux de dépollution sur le site de Tarente (sud de l’Italie), au moins jusqu’en 2023. (Photo: Licence C.C.)

Épilogue dans la reprise d’Ilva, en Italie, par ArcelorMittal. Le géant sidérurgique est parvenu à un accord avec les syndicats italiens ce jeudi. Un accord qui devrait permettre de lever l’incertitude concernant la vente du site de Dudelange.

Un accord a été trouvé ce jeudi entre ArcelorMittal et les syndicats dans le rachat de l’aciérie Ilva. Le géant mondial de la sidérurgie a accepté de reprendre 10.700 salariés sur les 13.500 présents au sein d’Ilva. Environ 2.500 salariés, non repris par ArcelorMittal, évolueront sur des travaux de dépollution sur le site de Tarente (sud de l’Italie), au moins jusqu’en 2023.

Le premier plan de rachat d’ArcelorMittal prévoyait la reprise de 10.000 salariés avant de réduire les effectifs à 8.500 à partir de 2023. Luigi Di Maio, ministre italien du Développement économique et du Travail (Mouvement 5 étoiles), qui avait qualifié de «travail bâclé» les conditions de vente d’Ilva à ArcelorMittal, validées par le gouvernement précédent, a déclaré, selon plusieurs médias présents à la sortie des négociations, que l’accord conclu était «le meilleur résultat possible dans la pire situation possible».

Rome avait réclamé «un effort» en termes d’emplois, soulignant la possible annulation de l’appel d’offres en août dernier.

Pour l’avenir du site de Dudelange, soumis au rachat d’Ilva par le géant indien, c’est peut-être un épilogue qui s’annonce. Pour rappel, les noms de deux repreneurs circulent actuellement, dont l’allemand Salzgitter, qui s’est officiellement positionné mi-juillet.