POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

reconnaissance officielle

Le monde entier ou presque félicite Joe Biden



Xavier Bettel n’a pas tardé à saluer la victoire de Joe Biden. (Photo: Capture d’écran/Twitter/@Xavier_Bettel)

Xavier Bettel n’a pas tardé à saluer la victoire de Joe Biden. (Photo: Capture d’écran/Twitter/@Xavier_Bettel)

Joe Biden ne sera officiellement président des États-Unis que le 20 janvier prochain. Mais dès l’annonce de sa victoire par les médias, les messages de félicitations ont commencé à pleuvoir, signe de sa reconnaissance officielle au niveau mondial.

L’ancien président américain Barack Obama, dont Biden fut le coprésident, a évidemment très vite salué la victoire de son camp.

Sur les réseaux sociaux, les message venus d’Europe ont aussi été nombreux. Notamment de la part d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, ou de Charles Michel, président du Conseil européen.

Le président français Emmanuel Macron n’a pas été en reste.

Tout comme le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a aussi fait partie des premiers à saluer la victoire du Démocrate.

Le commissaire européen Nicolas Schmit aussi.

Des messages identiques sont aussi venus d’Afrique.

Mais aussi du continent américain.

Et d’autres parties du monde, notamment d’Israël, d’Inde et du Japon. 

Voix discordante, le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a estimé samedi qu'il était trop tôt pour féliciter Joe Biden. «Nous allons attendre que toutes les questions légales soient résolues. Nous ne voulons pas être imprudent», a-t-il déclaré.

De même, le Premier ministre slovène Janez Jansa, qui avait félicité Trump pour sa réélection, a estimé que l’issue du scrutin n’était pas encore jouée. «Des recours en justice ont été interjetés dans tous les États américains où les résultats sont serrés. Les tribunaux n’ont même pas encore commencé à se prononcer. Malgré cela, les médias de masse (et aucune institution officielle) annoncent le résultat. Les félicitations tombent de partout. En voilà un État de droit!», a-t-il indiqué.