ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Luxembourg Recovery

Mon idée: «Pour une souveraineté numérique»



Lionel Gendarme. (Photo: DR)

Lionel Gendarme. (Photo: DR)

Dans le cadre de notre opération «Luxembourg Recovery: 50 idées pour reconstruire», partagez une idée concrète, une expérience ou une mesure à mettre en œuvre pour faciliter le rebond de l’économie luxembourgeoise. Aujourd’hui, Lionel Gendarme propose de se doter d’outils qui garantissent notre souveraineté numérique.

Le pitch: La crise souligne notre dépendance aux technologies et aux plates-formes numériques étrangères. Investir dans de tels outils serait un moyen de garantir notre autonomie à l’avenir.

L’idée: Depuis le début de la crise du coronavirus, l’utilisation de plates-formes d’échange comme Zoom, Microsoft Teams, Cisco Webex et même Facetime a explosé. Cependant, l’utilisation de telles plates-formes, parce qu’elles s’appuient souvent sur la technologie cloud, expose les firmes qui les utilisent à des risques divers et significatifs. Ces risques portent entre autres sur la confidentialité des informations (en particulier dans le domaine bancaire et financier), la protection des données à caractère personnel (RGPD) et non personnel, sans oublier des risques d’espionnage industriel et stratégique (des algorithmes d’intelligence artificielle couplés à de fortes puissances de calcul sont en mesure d’extraire beaucoup d’informations de flux électroniques). Qu’adviendrait-il si les géants du numérique que sont les États-Unis et la Chine décidaient de débrancher leurs serveurs ou de détourner massivement, voire de corrompre, les données qui y sont stockées et qui y transitent?

Pour s’affranchir de tels risques, le Luxembourg pourrait mettre en place une plate-forme publique qui offre des outils de visioconférence cryptée pour sécuriser le télétravail et booster et sécuriser les interactions à distance dans le cadre professionnel, qu’elles se passent au sein d’une même firme, entre firmes ou entre des firmes et des organismes publics. Le Luxembourg, qui dispose de nombreux data centers fiables et résilients et d’un réseau de télécommunication qui permettraient l’hébergement, la maintenance et l’évolution de l’infrastructure requise, renforcerait ainsi sa souveraineté en réduisant sa dépendance aux grands acteurs étrangers.

Au-delà de la sécurité et de la souveraineté nationale, une telle plate-forme publique pourrait aussi devenir une véritable boîte à outils digitale en offrant, de manière optionnelle, l’accès pour les PME et les start-up à des outils tels que white boards/flip charts virtuels, dashboards numériques sur la situation comptable et financière, solutions pour signer électroniquement les contrats, solutions pour la tenue de conseils d’administration à distance, archivage numérisé, coffres-forts numériques…

Une offre d’outils numériques aux entreprises, sécurisée et supportée par l’État, augmenterait ainsi l’attractivité du Luxembourg auprès d’entrepreneurs étrangers.

L’auteur: Lionel Gendarme

Toutes les idées sont bonnes à prendre, nous ne souhaitons restreindre ni votre réflexion ni votre imagination. Si, comme Lionel Gendarme, vous souhaitez contribuer à cette initiative, vous pouvez nous envoyer votre idée sous ce format:

- un mot-clé, par exemple: fiscalité;

- un titre explicite, par exemple: baisser la TVA dans la restauration;

- un résumé en 300 signes maximum;

- un développement en 3.000 signes maximum;

- une photo de vous qui permettra d’illustrer l’article sur paperjam.lu.

À l’adresse: luxembourgrecovery@paperjam.lu .