POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

recherche

Le Luxembourg participe à l’essai européen Discovery



Romain Nati, directeur du Centre hospitalier de Luxembourg, a évoqué le projet international Discovery. (Photo: Sip/Julien Warnand)

Romain Nati, directeur du Centre hospitalier de Luxembourg, a évoqué le projet international Discovery. (Photo: Sip/Julien Warnand)

Le Luxembourg fait partie des six pays européens qui vont tester les effets de différents médicaments contre le Covid-19. Plusieurs milliers de patients seront concernés.

La ministre de la Santé  Paulette Lenert  (LSAP) l’avait annoncé mercredi soir. Et elle l’a confirmé jeudi matin: le Luxembourg fait bien partie des six pays européens associés dans l’essai baptisé Discovery qui vise à évaluer l’impact de différents médicaments sur le Covid-19.

Des tests sur les cas graves

«Outre le Luxembourg, l’étude concerne la Belgique, les Pays-Bas, l’Espagne, le Royaume-Uni et la France, qui la pilote», a expliqué le docteur Romain Nati, directeur général du CHL. Concrètement, le Remdesivir (un antiviral utilisé dans la lutte contre Ebola), la combinaison Lopinavir-Ritonavir, la même combinaison associée à de l’interféron, et l’hydroxychloroquine vont être administrés pour juger leur efficacité et la tolérance des patients. Au Luxembourg, les patients choisis devront systématiquement présenter des symptômes de l’infection au Covid-19 et être «des cas graves».

Ce sont des «blocs» de 100 patients qui recevront les médicaments. Les résultats de l’étude seront présentés en un seul bloc.

Lors de cette même conférence de presse, il a été rappelé que les cabinets médicaux qui sont fermés restent le plus souvent accessibles par téléphone. Le médecin peut par ce biais délivrer des conseils ou orienter le patient vers un centre de soins avancé.

Quatre centres de soins avancés

Le docteur Pierre Hertz, qui en assure le fonctionnement et la coordination, a pour sa part indiqué que les trois centres de soins avancés de Luxembourg, Esch et Ettelbruck, qui ont ouvert entre lundi et mercredi, avaient accueilli 279 personnes mercredi soir et que 75 autres étaient encore venues ce jeudi matin. Un quatrième centre ouvrira vendredi à Grevenmacher. Pour le moment, 75 personnes (médecins, infirmières et infirmiers, agents administratifs, bénévoles…) s’y relaient en permanence. Tous s’étaient manifestés via la plate-forme GovJobs .