POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Défense

Le Luxembourg et les États-Unis «plus forts ensemble»



Le général John William «Jay» Raymond, photographié lors de sa visite au Luxembourg le 21 juillet. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Le général John William «Jay» Raymond, photographié lors de sa visite au Luxembourg le 21 juillet. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Le Luxembourg a le pouvoir de devenir un acteur mondial dans le domaine spatial, a déclaré le général en chef des forces spatiales américaines lors d’une visite au Grand-Duché mercredi.

Le général John W. Raymond a rencontré le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn (LSAP), le ministre de la Défense François Bausch (déi Gréng) ainsi que des représentants du secteur spatial luxembourgeois. Il s’est entretenu en exclusivité avec Delano mercredi matin.

«Cela faisait un moment que je voulais visiter le Luxembourg», a déclaré John W. Raymond au sujet de son voyage, qui comprenait également des arrêts aux Pays-Bas, en Belgique et en Espagne. «Le Luxembourg, avec SES, est le plus grand opérateur de satcom au monde», a-t-il ajouté, avant une visite de l’entreprise à Betzdorf.

SES a annoncé lundi que sa filiale américaine, SES GS, avait signé un contrat de 14,5 millions d’euros pour fournir des services satellitaires en bande C à la base aérienne de Thulé, dans le nord-ouest du Groenland. Cette annonce fait suite à l’attribution par le ministère de la Défense, en mai, d’un contrat de 35 millions d’euros à l’opérateur de satellites pour soutenir le commandement des principaux combattants.

Ce que nous constatons, c’est que l’innovation dans l’industrie commerciale est vraiment impressionnante.
Général John W. Raymond

Général John W. Raymond,  US Space Force

Mais les poids lourds ne sont pas les seuls à susciter l’intérêt des États-Unis. «Tous les secteurs de l’espace suscitent beaucoup d’enthousiasme», a déclaré M. Raymond. «Ce que nous constatons, c’est que l’innovation dans l’industrie commerciale est vraiment impressionnante».

Des acteurs plus récents comme Kleos ou Spire – tous deux implantés au Luxembourg et aux États-Unis – se sont déjà lancés dans le secteur militaire avec leurs grappes de nanosatellites. «Notre intérêt est de rencontrer ces entreprises, de comprendre ce qu’elles font, de voir les innovations qu’elles ont, de voir comment elles sont capables d’aller vite, et ensuite de voir où il pourrait y avoir des partenariats», a déclaré John W. Raymond à propos de l’écosystème spatial du Luxembourg.

La course à l’espace

John W. Raymond a été assermenté en tant que premier chef des opérations spatiales par le vice-président de l’époque, Mike Pence, le 14 janvier 2020. «Il n’y avait personne de plus qualifié ou de plus préparé par une vie de service que le général Jay Raymond pour servir en tant que premier chef de la force spatiale», a déclaré Pence lors de la cérémonie.

John W. Raymond a servi 35 ans dans l’armée de l’air avant de devenir le premier général de la force spatiale. «Je me souviens d’être assis sur le sol de notre salon à regarder Neil Armstrong et Buzz Aldrin marcher sur la lune», a-t-il déclaré à propos de l’événement de 1969. «C’est à ce moment-là qu’a commencé ma passion pour l’espace.»

Son assermentation est intervenue moins d’un mois après que le président Donald Trump a officiellement créé la Space Force le 20 décembre 2019. Cette décision a suscité des critiques selon lesquelles la force spatiale alimenterait une nouvelle course aux armements entre les alliés occidentaux, la Chine et la Russie.

L’Otan, également en décembre 2019, a reconnu l’espace comme un domaine opérationnel. La France et l’Allemagne ont, depuis, ajouté des commandements spatiaux à leurs forces aériennes et la Commission européenne, sous la direction d’Ursula von der Leyen, a ajouté l’espace au portefeuille du commissaire à la défense.

L’espace étant de plus en plus contesté, la force spatiale cherche à établir des partenariats mondiaux avec des pays partageant les mêmes idées, y compris des partenaires de l’Otan. «L’espace nous aide à diversifier nos capacités, à être plus résilients, à accroître nos capacités, à réduire les coûts et à contribuer à la dissuasion», a déclaré M. Raymond. «Nous sommes clairement plus forts ensemble que nous ne le sommes individuellement.»

Protéger les infrastructures critiques

«Chaque individu sur la planète se sert des technologies spatiales au quotidien», a déclaré John W. Raymond. «Dès la minute où vous vous réveillez, avant de prendre votre première tasse de café ou de thé le matin, vous avez utilisé le spatial à plusieurs reprises.»

Près de 2.500 satellites de communication étaient en orbite autour de la Terre au 1er mai 2021, selon une base de données mondiale , ce qui représente plus de la moitié des 4.084 satellites opérationnels qui tournent autour de la planète.

L’économie mondiale, les infrastructures essentielles, le mode de vie quotidien et la sécurité nationale reposent sur les systèmes satellitaires. Assurer la sécurité des biens spatiaux est «l’une des principales raisons pour lesquelles les États-Unis ont créé l’United States Space Force», a déclaré M. Raymond. «Il existe tout un éventail de menaces», a-t-il ajouté, de la cybersécurité au brouillage des satellites ou même des missiles.

En effet, en 2007, la Chine a procédé à des essais de missiles antisatellites, interceptant un satellite météorologique national de 750kg. «Ce que la Chine fait dans l’espace me préoccupe beaucoup», a déclaré M. Raymond. «Et c’est notre objectif, nous assurer que nous pouvons protéger et défendre le domaine afin que les économies puissent prospérer, que la diplomatie puisse prospérer, que l’information puisse prospérer.»

Si le Luxembourg a signé en 2019 un protocole d’accord sur les ressources spatiales avec les États-Unis, il en a signé un avec la Chine sur les utilisations pacifiques de l’espace l’année précédente. Un laboratoire de recherche conjoint sur l’exploration de l’espace profond, annoncé en même temps que le protocole d’accord, doit toutefois encore atterrir dans le Grand-Duché.

Un partenaire privilégié

Les États-Unis sont le «partenaire de premier choix pour le Luxembourg», a déclaré le ministre de la Défense, François Bausch, dans un communiqué publié à l’occasion de la visite de M. Raymond. «Nous prévoyons de développer de nouveaux partenariats avec la force spatiale de la défense américaine», a-t-il ajouté.

«La coopération est importante et elle est appréciée», a déclaré M. Raymond à Delano. Le ministère américain de la Défense a lancé, en 2017, le neuvième satellite de son système Wideband Global Satcom (WGS), soutenu par le Luxembourg ainsi que par le Canada, le Danemark, les Pays-Bas et la Nouvelle-Zélande.

Cette grappe de satellites fournit des capacités de communication à l’armée américaine et aux forces alliées.

Au début du mois, M. Bausch a déclaré que le Luxembourg cherchait à étendre sa coopération en matière de communications par satellite avec les États-Unis. Selon M. Raymond, l’un des domaines d’intérêt de la force spatiale est la synchronisation des communications militaires et commerciales par satellite afin de créer des réseaux plus résistants. Mais l’observation de la Terre et la connaissance de la situation spatiale sont d’autres voies potentielles de coopération.

Le Luxembourg prévoit de lancer un satellite militaire d’observation de la Terre après que le Parlement, en novembre dernier, a autorisé le gouvernement à dépenser 139 millions d’euros supplémentaires pour ce projet, alors que le budget était de 170 millions d’euros. Et Bausch s’est engagé à verser 6,7 millions d’euros pour aider l’Otan à développer des capacités de détection et d’identification d’objets dans l’espace, alors que l’orbite autour de la planète devient de plus en plus encombrée.

Ces projets coûteux aident le Grand-Duché à se rapprocher de l’objectif de dépenses de 2% du PIB, promis par les membres de l’Otan en 2014. Mais cet objectif est difficile à atteindre pour le Luxembourg en raison de sa petite armée et de son économie hors normes. De 0,6% du PIB, les dépenses devraient passer à 0,72% d’ici 2024.

«Je ne pense pas qu’il faille être grand pour avoir un impact mondial, surtout dans l’espace», a déclaré le général. «Avec un pays de la taille du Luxembourg, avec sa niche – si vous voulez – de capacités spatiales, vous avez la possibilité d’avoir un impact mondial et d’investir dans des technologies qui ont cet effet mondial.»